Les plus récentes

Marc Rose
03.09.2012

ma vie

La vie fut belle le temps de quelques années La famille était liée, le bonheur était installé J'étais heureux et ne redoutait qu'une chose Que tout cela se brise, que ma vie ne soit plus si rose Puis un jour, peu importe que tu m'aie trompé Les querelles ont commencé pour ne jamais cesser Je sentis mon coeur, l'équilibre de ma vie se briser Le jour où, par le juge, le divorce seras prononcé Moi d'un côté, Toi de l'autre Chacun son avis, jamais un entendement Ne plus savoir qui croire quand tout sombre lentement Ne plus sentir d'amour dans ce monde qui nous entoure. Voir d'autres avec leurs vie heureuses Voir que la mienne tu la déchirée Tenter de leur expliquer, que mon coeur est brisé Pour les entendre dire : "C'est la vie, tu nous saoules " Sentir mon coeur se déchirer Quand ils se mettent à crier Sentir une boule dans ma gorge, en repensant au passé Vivre nostalgique et penser que je vis La seule chose que je ne voulais pas vivre. Attendre l'impossible en ne voulant admettre la fin D'une "histoire d'amour" brisée tu as profité Et de tout tu as voulu me dépouiller Pour être sur de me voir souffrir tu t'est démenée Hold-up déguisé en divorce et tu vas le gagner Alors que c'est la seule chose que je ne voulais pas, Mais ou donc vas tu emporter , tout ce que tu m'a voler Au paradis , j'en doute ta place n'est pas réservée De tiraillements en tiraillements que cherche tu, même de ma liberté, tu veut me priver A toi je ne veut plus être attaché ma liberté je veut retrouvé Ma vie ne t'intéresse plus, alors qu'elle est ton but Me prendre encore ce que tu pense que je possède tu te trompe le hold-up et terminer Il n'y a plus rien a me voler, tu t'en est déjà occupée Il me reste peut être une ou deux années Mais même de ça tu veut me priver Dans ta vie tu pense avoir tout gagné Mais la haut tu ne seras jamais pardonnée Même de toute cette méchanceté Moi je t'est pardonnée Je n'aspire qu'a retrouvé ma liberté Pour a toi ne plus être attaché le fait que sur ma tombe tu pourrais encore décidé Me rend malade à en crevé De moi je t'est tout donné, que pourrais je encore te donné , tu m'a déjà dépecé. Le droit de partir, libérer, tu pourrais me laisser Mais c'est certainement trop, te demander Humaine tu n'as jamais été Sans coeur tu vas resté, pauvre âme tu vas airer. Marcel François


Priam
05.06.2012

Ecrire en l'île


Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus