Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

Le secret des îles Borromées

Ce matin, une surprise dans la boîte à lettres...

Sophie - Courriel du 30 décembre

Courriel appartenant à Sophie Olivier

Papa est amoureux d’un homme

Est-ce mal d’aimer? Non!

Histoires récentes

Dommages

Réveil difficile après une soirée trop arrosée... Conséquence d'une énième dispute avec Domin...

“Ou pas” besoin de l’intelligence d’autrui ?

Poème en prose. C’est peut-être la fatigue. Il ne me semble pas que ce soit l’ennui. Je me pro...

Pas le bon jour

Variations sur le thème "entendu au marché"

Actualités Webstory

04.11.2017: Webstory au Salon des Petits Editeurs

Rendez-vous le samedi 4 novembre 2017, de 09h00 à 18h00 au Salon des Petits Editeurs avec Aydan, Da...

20.11. 2017 Soirée de remise des prix… Votez pour le prix du public!

Un grand bravo et merci aux participants du concours. Vous pouvez lire tous les textes dans la caté...

09.04.2017 De Webstory à Worldstory

Huitième escale… En plein ciel! Océan Indien, dans un avion, 39 000 pieds d’altitude, Mack 0.8...

Histoire du jour

l

2100 ZONE AMA Chapitre 4: Mystère par Jill S. Georges

Jo avait pris rendez-vous dans la Clinique de la Paix où la jeune Crone séjournait. Elle allait demander des renseignements sur la grossesse qu’elle planifiait et en profiter pour rencontrer, si possible, la fille Crone. Elle demanda à Julia de l’accompagner. Georges les conduisit dans un quartier assez proche du sien, très verdoyant, avec de grands eucalyptus et des allées de lauriers roses. L’entrée du parc de la clinique sentait la sécurité et l’argent: un immense portail en fer forgé, très haut et très décoré, s’ancrait sur le coté de la rue. A leur arrivée, il s’ouvrit sans bruit, et Jo vit en passant qu’il y avait une guérite avec une équipe de sécurité qui les surveillait, Georges s’arrêta et présenta son bracelet dans la borne. Il avança d’un mètre, et à leur tour, Julia et Jo passèrent leur bras dans la borne de sécurité. Georges roula doucement à travers les arbres. Cette clinique était très réputée, et le jardin était de toute beauté. Des hommes en tenue de jardiniers s’affairaient dans le fond. Arrivées au perron, Georges leur ouvrit la portière. Une dame d’une cinquantaine d’années les attendait en haut des marches.
- Bonjour mademoiselle Liam, bonjour mademoiselle Solen. Bienvenue à la Clinique de la Paix, je suis Mme Emma, la Directrice, veuillez me suivre, je vous prie.
Julia et Jo montèrent les marches et suivirent la dame dans un hall formidable, avec un plafond si haut qu’on ne le voyait pas. Elles entrèrent dans une pièce qui semblait être un bureau avec un coin réception. Tout était blanc, les meubles de bureau et le salon de cuir blanc. Au mur, un tableau, une fleur immense qui mangeait toute la toile. Jo s’arrête devant le tableau, comme happée par la lumière.
- Oui, c’est une toile de Miss Niva. Admirable, non?
- Cette fleur vous absorbe comme une pensée profonde, c’est extraordinaire
Page 1 sur 32
r