Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler




Le rendez-vous de l'écriture web 2.0

Les plus lues

Gymnopédies provençales

Suivre le soleil dans les oliviers n’est pas donné à tous. Les premiers rayons glissèrent le lo...

Saurais-tu ne pas dire je m’en fous?

Un texte sorti de je ne sais où

Un dépannage sans histoire - chap. 1

Julius répare la chaufferie du célèbre château de Gruyères, quand un événement inattendu boul...

Histoires récentes

Page de test

Page de test

Le rêve de Violetta Chap 21 Le voyage d'hiver

"Je rêvais d'un amour heureux, d'une jolie fille, De caresses et de baisers, de délice et de volu...

Le rêve de Violetta Chap 20 La robe de mariée

“Il y a en nous quelqu’un de plus grand que nous. il nous parle dans les rêves.” C.G.Jung

Actualités Webstory

26-28 août: La fête du Livre à St.-Pierre-de-Clages

RETROUVEZ WEBSTORY A LA FETE DU LIVRE http://www.village-du-livre.ch/st-pierre-de-clages/programme....

Témoignage de Stella Vaime - 1e Prix 2016

La plateforme d’écriture en ligne Webstory m’a offert la possibilité de partager mon écrit sa...

(suite) Témoignage Daniel Bovigny - prix du public 2015

>>> C’était le 1er novembre 2009 lorsque ce jeune homme de 22 ans cessa d’illuminer nos vies d...

Histoire du jour

l

Trop belle pour réussir? par Scribaland

Fauve Mistral fut une enfant tant désirée par ses parents, un couple très amoureux. Lorsque Fauve naquit dans ce foyer baigné d’amour et de soleil, les bonnes fées semblaient être penchées sur son joli berceau orné de fleurs.

Le joli bébé d’alors, qui faisait l’admiration infinie de ses parents, devint une belle petite fille admirable et pleine de qualités. Tout semblait sourire à la petite fille modèle et sans qu’elle sache pourquoi, tout le monde chantait ses grandes qualités et sa merveilleuse beauté. Tout le monde était subjugué par sa lumineuse beauté et on le lui répétait tellement de fois par jour depuis sa tendre enfance qu’elle ne l’entendait même plus.

À sa majorité, elle était fréquemment entourée de jeunes hommes, les uns plus charmants que les autres, dont elle repoussait toujours les assauts. Elle était leur centre d’intérêt le plus palpitant, à les entendre, et au grand dam des autres femmes qui semblaient lui vouer une haine éternelle, sans qu’elle sache pourquoi.

Tous ces hommes s’extasiaient sur ses charmes et sa beauté enchanteresse et lui faisaient une cour trop assidue, voire étouffante. Tous ces jeunes la harcelaient pour qu’elle leur succombe, car pour eux, c’était la femme fatale, belle et tellement intelligente.
Mais la demoiselle ne l’entendait pas de cette oreille, elle n’avait pas conscience de sa beauté parfaite, du moins n’en mesurait pas les effets. Bien sûr, elle voyait bien l’attitude des uns et des autres qui, à leurs dires, la trouvaient toujours trop belle, mais elle ne se voyait pas de cette façon.
Page 1 sur 3
r