31.10.2020 899 2 Qui Trump-t-il ?

Philosophie

a a a

© 2020 Jean Cérien

De la post-vérité

1

Comprendre le Trumpisme en 2 arguments logiques et implacables, avec leurs corollaires. Sauf à considérer qu'il y a Tromperie dans les fondements argumentatifs...
Reprendre la lecture

Soit une théorie quelconque de la vérité; au minimum, cette théorie doit être vraie.
Mais n’est-ce pas justement cette théorie qui devrait définir quelles seraient les phrases vraies ?
Autrement dit, le mot ‘vrai’ ne peut être défini par une théorie, puisqu’elle supposerait qu’il soit déjà défini.
En conclusion, dire d’un argument qu’il est vrai revient à affirmer par sa seule autorité qu’il n’est pas contestable.

 

La vision de Trump, ici, repose sur sa capacité à trancher : la vérité est celle qui me convient et la théorie de la vérité est également celle qui me convient, au moment où je parle.
L’argument est porteur en communication car si la vérité se réduit à être un argument d’autorité, alors il est nécessaire qu’une autorité garantisse cette vérité.
Et l’autorité la plus à même de donner cette garantie est celle du locuteur, s’il s’affirme en tant que tel.

Cependant, s’il n’y a aucune théorie de la vérité, il n’y a pas non plus de mensonge.
Et sans vérité, pas d’éthique. C’est pratique…

 

Ah, j’oubliais, la vérité peut être fondée dans la théologie, elle induit alors qu’il y a mensonge possible; ce n’est donc pas la position de Trump, bien que certains le croient.

Lire le chapitre suivant

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus