Chapitre 1

1

Histoire de jouer et d'offrir un hommage à Marie, je me suis amusé à écrire une variation sur son dernier poème.
Reprendre la lecture

À l’or, j’écris

 

Sanglots d’Eschyle, cartes de l’habitude

Brouets cachés, maux déployés

Sous l’écumante vague de la merci

Puanteur des crocs de la marée noire

 

Mon pouls d’amante, arrête ton char

Mon pouls va renier

Le souffle rauque de la magie

Éteint le cri d’in gold we trust

 

Acide, le vautour pète

 

Alluvions castrés

Les morts jaillissent comme des armes

Des jeux de verre et de la brise des gants

Rêve de bandits

 

Chairs tatouées, encagées

Lacérées de peine

Violées… ou laminées

 

Guerre brûlée

Les envahisseurs à Clocheville

Qui veut jouer à « C’est moi le plus mort » ?

 

Churchill pleut

Churchill pleure

Blood, toil, tears and sweat

 

Faim de sang

 

Alors j’ai plongé

 

Pieds de pierre

Bottes marteaux, casse-noix

Horde veule de fauves soumis

 

Chiottes d’or

Égouts d’argent

Que les foules pavent de formol

Le chemin de l’orgueil

 

Clic dans la nuit : flamme

 

Forte de sa fragilité

 

Le courage bat la campagne

La vie étincelle

 

Sang hardi

 

Le toc toc monte

Et le miel descend, pollen d’étoiles

S’abandonner à l’abondance

 

Le delta rouge

Est l’alpha et l’oméga

De la beauté

 

D’une lueur, mille naissances

 

Alors j’ai rougi

Commentaires (1)

Marie Vallaury
29.10.2021

Scotchée, le mot est trop faible, superglutée je suis ! Le tout en deux heures, ce n'est plus de la réactivité, c'est de l'explosivité. Ce poème-là relègue le mien aux faubourgs de la mièvrerie ;-) Chapeau l'artiste sans pinceau.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus