Créé le: 16.09.2018
1387 1
Je ne te dirai pas

Amour

a a a

© 2018-2021 Aydan

© 2018-2021 Aydan

Chuuuuuut mon coeur... Chut.
Reprendre la lecture

Je ne te dirai pas qu’à chaque fois que je te vois, je te contemple en un millième de seconde. Ta coiffure qui dégage ta nuque délicate, ces pantalons nouveaux à fleurs qui te vont si bien et que tu portais un jour, tes petites tongs aux pieds.

 

Je ne te dirai pas que lorsque je te passe notre trésor, je m’approche ainsi de toi et te respire. Que si je ne te regarde pas longtemps dans les yeux, ce n’est que pour que tu ne devines pas ce que cache ma distance et ma froideur.

 

Je ne te dirai pas que parfois tôt le matin en allant travailler, je me refais le film de notre histoire et que mes joues sont mouillées alors qu’il ne pleut pas.

 

Je ne te dirai pas que toutes mes nuits j’enlace mon troisième coussin.

 

Je ne te dirai pas que j’ai entamé la procédure de divorce pour que ça se termine rapidement. Comme un sparadrap qui colle trop bien sur la plaie et qu’il faut arracher vite. Cela reste douloureux mais moins que s’il avait été retiré doucement, lentement…

 

Je ne te dirai pas que souvent je me demande si pour toi, de ton côté, c’est la même chose. Si toi aussi tu te forces à te freiner ou si je suis le seul “stupide” de l’histoire.

 

Je ne te dirai pas qu’en écrivant ce texte j’ai la gorge nouée.

 

Je ne te dirai pas qu’à chaque fois que notre fils fait quelque chose de nouveau ou de drôle, je pense systématiquement au fait que tu n’est pas présente pour le voir et rire ensemble.

 

Je ne te dirai pas ma tristesse à la vue de chaque couple enlacé que je croise, tous ces parents qui jouent ensemble avec leur progéniture dans les vastes étendues d’herbe des parcs.

 

Je ne te dirai pas que nos fou rires et notre humour manquent à ma vie et que tous les jours la rubrique “souvenirs” de Facebook vient me montrer tous nos délires, nos mots doux, nos mots d’amour de toutes ces années partagées.

 

Je ne te dirai pas que tu es aussi belle que le premier jour que je t’ai eu en face de moi, davantage même.

 

Je ne te dirai pas à quel point j’ai un sentiment de gâchis, un goût d’inachevé, une profonde et intense mélancolie de notre histoire.

 

Je ne te dirai pas que tu es la femme qui m’a fait le plus de bien, mais aussi celle qui m’a fait le plus de mal.

 

Je ne te dirai pas que je suis certain que tu as fait le mauvais choix, que tu ne le sais sûrement pas encore mais que tu finiras par le regretter autant que moi.

 

Je ne te dirai pas comme j’ai peur pour toi, que dans un avenir tu tombes sur un gros connard avec lequel “tu ne te sentiras vraiment pas aimée”, qu’il t’en mette plein la gueule et que là tu te dises : J’ai peut-être merdé avec le père de mon fils.

 

Je ne te dirai pas toutes ces choses-là. Il est trop tard et je me fais violence. Et puis s’est compliqué. Ton acte qui reste présent en moi. Ce que tu m’as fait vivre ce jour-là. Il y a une grande différence entre regarder des films d’horreur et les vivre.

 

Mais surtout, je ne te dirai pas que malgré ça, malgré tout ce qui s’est passé et ce qui arrivera, je t’aime encore. Je t’aime comme ce 1er août, je t’aimerai encore et toujours, en silence, derrière ma carapace de haine…

 

© 2018 Aydan

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus