2015 Témoignage de Jill S.Georges – 3e prix

Il était une fois… une Fée qui habitait Versoix… J’avais changé de profession et m’engageais sur cette voie magnifique qu’est l’accompagnement des femmes dans leur carrière professionnelle. Je connaissais Helena de vue, de vue rapprochée pourrait-on dire. Et un jour, quelle joie, Helena me demanda de l’accompagner dans son projet Webstory. Il y aurait tant à dire sur cette galaxie d’étoiles.Cette Fée de l’écriture magique s’est proposée de publier sur Webstory un roman, fiction sociale de genre que j’avais écrit. J’ai signé sous le nom Jill S. Georges, du nom du héros de cette histoire, qui est le chauffeur au nom générique. Puis est venu le temps du troisième concours, et Helena m’a envoyé la photo, comme aux autres je suppose. J’avais bien aimé cet arbre tout seul dans son miroir. Helena m’a relancée pour écrire une nouvelle, un récit. Et cet arbre a germé. Il a pris forme dans mon esprit. Trois ans après le départ de mon mari, cet arbre me parlait de lui. Alors je me suis mise au clavier et ai raconté l’histoire de mon miroir et de cet arbre. Histoire fiction. Et pourtant…A relire mon texte je réalisais que le nombre de mots ne suffisait pas. Je rajoutais des détails, qui, comme des racines de plus en plus fines, pénétraient dans le sol de mes souvenirs. La Fée Helena se chargea de mettre en ligne. Je fis lire à mes enfants, c’était un beau moyen de leur raconter à quel point leur père était encore présent et combien je souffrais toujours, bien que ne montrant rien, miroir lisse…

Quand je reçus l’invitation à la soirée, je la notais, j’invitais mes amies. Organisée dans ce Palais des Fées qu’est la Rotonde du Parc des Bastions, la soirée promettait d’être magique. Je prenais le TGV et arrivais à Genève à l’heure, passais à la maison, la clé avait été changée… je ne trouvai plus cette satanée clé… et finis par partir, en retard.Quelle ne fut pas mon émotion quand j’arrivais dans cette salle aux majestueux lustres éclairant des visages de personnes attentives et qui m’attendaient. Quelle honte d’être en retard! Fée Helena m’avait écrit la veille, et j’avais pensé, comme lors de la soirée de l’année précédente, qu’elle allait me mentionner en tant que Coach. Et non! Quand j’arrivais j’entendis mon nom. J’avais gagné un prix. Je fondais en larmes. Cet arbre, ce miroir, mon mari, ce prix. La reconnaissance d’un Jury qui avait choisi mon texte. J’étais bouleversée. Je remerciai les personnes chaleureuses autour de moi qui m’offraient une adhésion à la Société des Arts et un ouvrage dédicacé. Comme dans les contes, j’aurais aimé me cacher à cent pieds sous terre.Mes amies étaient là, au rendez-vous, souriantes. Je regardai les lustres, lumière de cristal dans un plafond blanc. En cet instant de paix, la Fée Helena gommait, de sa profonde bienveillance, toutes les horreurs du monde. Webstory avait gagné son pari de monter jusqu’aux étoiles. Moi j’étais aux anges.

©Jill S. Georges ENRACINE DANS LE MIROIR

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus