Créé le: 05.10.2023
138 0 1
La clé au bout du cordon

Notre société

a a a

© 2023-2024 La Lyre et le Lys

À celles et ceux qui cherchent encore à ouvrir des portes...
Reprendre la lecture

 

 

Le nombril est une cicatrice que l’on partage toutes et tous. Il est le dernier vestige du premier lien qui unit la mère à son enfant. Mais il est également la marque d’une séparation tout aussi rapide que brutale. Les mères aimantes recréent instinctivement et immédiatement un cordon invisible qui apportera sécurité, confiance et bien-être à leur progéniture. Ces enfants-là ont alors de quoi nourrir à leur tour leurs propres projets et leurs propres envies, car Maman leur offre une clé capable d’ouvrir facilement un grand nombre de portes. Ils participeront donc à l’équilibre du monde et seront en mesure, un jour, de faire de même avec leur postérité. Mais que dire des autres enfants ?

 

Combien d’enfants n’ont pas été désirés par leur mère ? Combien d’autres ont erré en cette vie à la recherche de cette mère qui les avait pourtant pitoyablement abandonnés ? Combien encore ont passé leur vie à se remémorer une mère perdue au beau milieu d’une enfance désastreuse ? Et qui que nous soyons, combien de fois nous sommes-nous posés la question de savoir d’où nous venons ? Et à nouveau, c’est certainement en nos mères que se trouve la réponse à ces questions étroitement liées. Elles seules savent, tout comme leurs mères savaient pour elles. Ce lien puissant nous rattache non seulement aux femmes qui nous ont engendrés, mais aussi aux mères de nos mères et aux mères de nos grands-mères. Ainsi, nous pourrions remonter aux fondements du monde et peut-être que là, au bout de ce voyage dans le temps, nous trouverions une femme qui nous expliquerait pourquoi nous sommes là. Ainsi, les mères détiendraient les clés du sens de l’existence ?

 

La mienne fait partie de celles qui ont dû quitter prématurément ce monde. On sait que certains enfants naissent trop vite, avant d’être prêts à affronter la vie. On dit d’eux qu’ils sont prématurés. On leur impose de passer du stade fœtal au stade d’enfant très brusquement. Mais que dire des enfants qui doivent passer du stade d’enfant au stade d’adulte tout aussi brusquement à cause du départ prématuré d’une mère, ou encore à cause d’une mère qui n’a pas l’instinct de créer et d’entretenir le fameux cordon invisible ? L’individu n’est pas encore terminé, que soudain tout bascule quand celle qui le rattachait à la vie disparaît. Comment pourra-t-il s’insérer dans la société ? Mener une vie professionnelle ? Une vie affective ? Une vie humaine ? Sans la bonne clé, il est très difficile d’ouvrir une porte. Ouvrir la porte d’une existence humaine digne peut être un véritable parcours du combattant lorsqu’on ne détient pas la clé. Car on sait qu’il faudra inévitablement forcer LA PORTE !

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire