Créé le: 20.08.2021
54 0 2
Tu, moi, …

Auto(biographie)

a a a

© 2021-2024 SILA

© 2021-2024 SILA

Chapitre 1

1

Enfant déjà l’on vous conte de belles histoires de princes charmants, mais personne ne vous parle de lui.... Pourtant, il existe, ce prince charmant que personne ne souhaite rencontrer!
Reprendre la lecture

Il faisait beau ce soir-là, c’était un de ces jolis soirs d’août qu’on aime tous. Mon cœur papillonnait et mes mains tremblaient, comme si j’allais, avant même de le rencontrer, tomber gravement amoureuse. Nos regards se sont croisés et mon cœur a perdu pieds. Il a posé ses mains sur moi et directement, j’ai compris que je ne serais plus jamais la même. Je suis tombée sous le charme de ce prince charmant; il ressemblait étrangement à celui des contes que ma maman me racontait, le soir au couché. Il était beau, solide et il savait, avant même que je le lui dise, ce que j’aimais. Mon cauchemar a ainsi commencé, par cette belle rencontre remplie d’amour. J’ai été sienne et il a fait de moi sa marionnette. Plus les années ont passé et plus je périssais dans cette cage envahie de cœurs rouges, à ne plus me laisser souffler. J’ai perdu ma famille, mes amis, mes envies et mes rêves. Je vivais sa vie, ses rêves et ses projets. Je n’étais plus que son miroir où il aimait se regarder. Parfois, il frappait si fort que le miroir se brisait et parfois, il le glorifiait si fort que chaque fissure se comblait. Très vite, le miroir ne renvoyait plus qu’un seul reflet : le sien. Ses mots, ses caresses, ses câlins, plus rien ne ressemblaient aux contes de mon enfance. Il faisait de moi tout ce qu’il voulait, et je l’aimais assez pour le laisser faire. J’ai pardonné l’impardonnable et même le pardon n’était finalement plus qu’une illusion. Je suis très vite devenue sa vie et je ne me voyais même plus dans le miroir le matin seule, à mon réveil. Je l’aimais assez pour me laisser disparaître. Je l’ai laissé grandir à travers moi, je l’ai laissé briller à travers moi et je le laissais se construire de mes ruines. Il était ce prince charmant que personne ne souhaite rencontrer, si beau et si noir à la fois. Il était ce prince charmant qu’on ne quitte pas, ce prince qui nous offre tout et qui donne aux âmes en ruines une beauté d’exception. Mon monde si gris, si sombre brillait de son amour; un amour qui vous noie et vous sauve droit derrière, un jeu du foulard sans fin…

Aujourd’hui, je suis partie, mais partie où ? J’ai enfin pu m’échapper, mais m’échapper où ? En quittant ce prince charmant, ma vie est devenue un enfer. Je suis libre, mais libre de qui ? De quoi ? Je suis partie le 10 juillet 2020 et depuis, je vis accompagnée de mon prince. Il me surveille, me localise, me suit et gâche à distance ma vie. Il envahit mes réseaux, mes contacts et salit ma vie. J’ai déjà connu ceci et je retournais vers lui à chaque fois. Je rentrais dans ma cage remplie de cœurs rouges pour qu’il arrête de hanter ma vie.

Mais cette fois, je ne suis pas rentrée et je vis un harcèlement digne des films d’horreur que ma maman m’interdisait de regarder enfant. Il est partout, dans tout, sur tout et à travers tout. J’ai pourtant contacté la justice, mais quelle justice ? Mon pays ne me protège pas car mon pays ne possède pas de loi punissant le harcèlement. Je suis pourtant bien placée dans la société, mais mes titres et mon statut ne m’ont pas préservé du prince ni de ses agissements. J’essaie de vivre à travers les insultes devenues très vite publiques avec notre belle technologie actuelle. Elles font, maintenant, parties intégrantes de mon quotidien. Mon entourage, mes contacts et mon réseau s’éloignent rapidement de cet engrenage qui empêche même la police d’agir. Mes pensées deviennent vite un de ces champs lexical qu’on évite d’aborder en classe. Entourée de juges, d’avocats, de policiers et d’une injonction, les conclusions restent les mêmes : Monsieur n’est pas encore passé à l’acte…

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire