Petites chroniques râleuses et décroissantes sur la vie d'aujourd'hui Épisode 2
Reprendre la lecture

Alors aujourd’hui j’ai envie de te parler hamster. Tu sais, cette petite bestiole sympathique que tu prends plaisir à enfermer dans une cage riquiqui et que tu regardes courir dans cette roue qui la tourne en bourrique et ne l’avance nulle part. Bon je te rassure tout de suite (ou pas c’est selon), je ne possède pas ce genre de spécimen à la maison, en revanche j’adore observer mon hamster préféré, à savoir Valentine ma voisine du troisième qui passe son temps à courir.

Dans sa cage elle aussi.

Bon, c’est vrai, j’use parfois de raccourcis nerveux mais laisse-moi t’expliquer.

Chaque lundi Valentine sort sa grosse automobile neuve et blanche de son box pour se rendre à la salle de sport Oxygen Fitness située à 900 mètres de notre immeuble. Pour la sportive libre et sans voiture que je suis, il s’agit d’une première aberration. Passons. Enfin, pas trop vite quand  même lorsque tu songes à l’empreinte carbone que cela représente.

S’il te plaît, passons, j’ai dit !

Bref, un jour que je me risquais à lui en faire la réflexion, elle m’a regardé dans les yeux, surprise que je puisse m’offusquer : Il faut bien que je fasse tourner le moteur sinon à quoi elle me sert cette voiture !  J’en suis restée sans voix.

Mais assez de digression, revenons à la roue de notre petit rongeur.

En arrivant chez Oxygen Fitness, Valentine va s’installer sur l’un des tapis roulants haute performance et connecté au monde grâce au partage des images d’entraînement. Tu y crois à ça ! Elle pourra ainsi récolter des like d’encouragements tout en avançant à son rythme ! Se sentir moins seule en courant, regardée, admirée…. c’est important quand même. Ok, elle pourrait aussi parler aux personnes qui se trouvent à côté d’elle mais parce que les règles sanitaires sont ce qu’elles sont, deux plaques en plexiglas l’encerclent et la séparent des virus de ses voisins sportifs. Elle se sent ainsi protégée. Une véritable bouffée d’oxygène tout ça.

Moi, au cas où tu demanderais où je suis passée, je suis juste en face, dehors, assise sur le banc d’un petit jardin de quartier et autant te l’avouer,  je m’amuse.

C’est vrai, tous ces runners sous verre, c’est comme regarder la télévision sans le son ou un hamster dans sa cage.

Ils sont plusieurs à courir sur la même ligne, tête baissée, qui ne se regardent jamais, ne se sourient même pas. Je ne sais même pas s’ils se voient.

Ils courent, c’est tout.

Fascinant.

Mais au bout d’un moment, le programme me lasse. Il fait encore chaud. Un temps à faire du sport dehors. À profiter du lac, lever les yeux, regarder les nuages, se délivrer de la gravité,  aller vers l’inconnu, les beaux horizons.

À s’ouvrir au monde.

Puis je me lève et pars en courant.

 

Commentaires (2)

Caroline Bench
30.10.2020

Merci Starben. Quant au titre.... bienvenue en "absurdie" !

Starben CASE
29.10.2020

Très bien vu le parallèle entre le hamster et les coureurs de salle de fitness. Il vaut mieux en rire! Par contre le titre me laisse songeur.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus