Créé le: 20.08.2021
50 0 2
Terre-Happy

Auto(biographie)

a a a

© 2021-2024 SILA

© 2021-2024 SILA

Mes écrits peuvent vous paraître tristes, lugubres et noirs. Mais rassurez-vous, j’ai ma thérapie 😉
Reprendre la lecture

Lorsque dans ma cage les cœurs rouges compressaient mes poumons, je sautais sur ma boîte d’antidépresseurs : une jolie boîte blanche avec un bel arc-en-ciel dessus… En les avalant, je croyais pouvoir y apercevoir ce bel arc-en-ciel, mais il n’est jamais venu.

Mon ciel devenu si sombre, j’ai dû m’en aller. Il fallait que je parte car même les nuages perdaient de leurs couleurs. Ce soir-là, j’ai préparé mes valises, sous l’œil amusé de mon prince charmant. Mes vêtements, mes souliers, mes papiers, mon planning de classe, tout s’entassait. Ma vie entière emballée dans ces belles valises jaunes. Mon maître commentait chacun de mes gestes, il riait à pleine dents, comme j’ai pu le faire, devant « Les Inconnus », dans mon enfance. Tout était prêt, mais j’ai oublié ma jolie boîte. J’ai oublié d’emmener avec moi, mon arc-en-ciel au goût amer. Lorsque j’ai enfin franchi cette porte en acier rouillé, j’ai observé autour de moi : il y avait de la couleur, les arbres étaient verts et le ciel presque bleu. J’ai avalé ma peur et j’ai avancé sans ma jolie boîte… Il m’a fallu du temps pour ôter de mon corps la chimie hallucinogène d’une vie bien trop pourrie. Aujourd’hui, j’ai ma terre- happy: ce n’est pas une boîte, ni un arc-en-ciel, mais juste un petit être bien vivant qui ne sait pas encore que le mensonge existe. Il est petit et pourtant si grand à mon cœur. Il est le plus grand de mes bonheurs, mon antidépresseur plus coloré qu’un simple arc-en-ciel. Chaque jour, il me sourit en me donnant des surnoms rigolos : «  Titi jolie », «  Titi gros mots » et sans le savoir, il colore ma vie. Il est tout petit, mais son cœur est plus grand qu’un lagon et sa magie plus forte que l’ennemi. Non, ce n’est pas mon fils, il est, le petit trésor de ma sœur et mon antidépresseur. Né d’un amour réel, il me prouve chaque jour, que les cœurs rouges ne compressent pas toujours les poumons. Que le rouge ne colore pas que le sang. Lui : si petit, si puissant, il peint de ses mains mes nuages sans couleur. Il rigole en me voyant et parfois, il me serre dans ses bras. Ce sont d’ailleurs les seuls bras que je laisse s’approcher de moi. Quand parfois, il me parle en anglais : j’oublie que l’humain devient noir et je me surprends à rêver, que l’innocence existe encore. Le soir, pendant nos balades, lorsqu’il voit un déchet sur le sol, il me demande : « Qui a sali notre mère, la terre? » Que lui répondre ? Je souris et je continue ma terre-happy 😉

Ce petit bonhomme adore « Maga », « Speedy rouge » et les glaces… Bien entendu, il ne reste que très peu de gens qui connaissent cela. Aucun humain ne garde, en grandissant, ces jolis mots naïfs, d’un enfant qui ne sait pas encore que le mensonge existe. Hier, il soufflait sur la bougie que j’allumais, avec mon briquet . Il l’avait éteinte, plus de flamme, plus de feu et ça l’a d’ailleurs beaucoup fait rire. Puis, pendant l’instant où ce petit bonhomme regardait le ciel danser, j’ai allumé discrètement la bougie de mon briquet; il s’est retourné et m’a demandé : « Mais, Titi, comment t’as fait ça ? » D’un doux sourire, j’ai répondu : « En pesant sur le dos de la bougie. » Il la souffle à nouveau, et de ses petits doigts, il pèse sur le dos de la bougie. Je souris et je continue ma terre-happy 😉

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire