Créé le: 04.01.2022
27 2
Tango

Psychologie

a a a

© 2022 SILA

© 2022 SILA

Que c’est beau de danser, mais attention à celui qui vous guide... Les danses funèbres nous emmènent parfois dans l’enfer de très belles mélodies mortelles... Méfiez-vous de qui vous fait danser, il se peut qu’il ne vous laisse plus jamais danser seule !
Reprendre la lecture

J’ai dansé de nombreuses nuits dans cette robe écarlate que tu aimais me dessiner. J’ai tourné, tourné, à en perdre la tête. Tes bras étaient forts, ils tenaient le pinceau qui colorait mon corps et tu pensais que j’aimais ça. Tu souriais même parfois.
Aujourd’hui, je suis nue : plus de robe, plus de peintures funèbres! Malgré ça, j’ai peur, peur d’enfiler une autre robe et à cause de toi, il paie. Lui, il sent la pistache et ses mots sont doux. Il n’utilise pas ses bras, même pas pour m’enlacer; il a bien trop peur de m’abîmer! Il est différent, mais je n’en suis pas tout à fait certaine. Qui peut savoir vraiment ce que dessinent les pinceaux ? Qui peut savoir vraiment s’il n’existe pas d’autres cages ? A cause de toi, je ne sais pas comment mélanger les couleurs, je reste sur ces tons qui ornent les salons funèbres et je danse. Joli tombeau qui hante toujours mes nuits, vas-tu un jour me laisser m’évader ? Il y a quelques temps, quelqu’un a déposé des framboises sur l’amertume de mon âme. Elles étaient belles, fraîches et d’un autre rouge que le tien. Pourtant, mon cœur a du mal à les avaler : j’ai peur! Je m’excuse, mais les ténèbres sont profondes et tu ne sais pas ce que j’y ai vu… une maison, un bâton, des chaînes et mes cris … C’est pour ça tu sais, que je danse seule et que tes bras me font peur !

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus