Créé le: 21.05.2014
3947 0
Rouge et Noir

Auto(biographie)

a a a

© 2014-2021 Santignac

© 2014-2021 Santignac

Un souvenir d'enfance c'est toujours un mélange de douceur et d'amertume, de joie et de tristesse.
Reprendre la lecture

Sur la table basse de tes hôtes, des After-Eight. Comme ils te narguent. Tu n’en reviens pas !

L’odeur écœurante de la menthe artificielle et la couleur noire de sa redingote te poursuivent encore

aujourd’hui. Tu te retrouves sur un canapé aux rayures élimées, aux couleurs fanées. Blottie sous la peau

de mouton que Papa a achetée lors d’un voyage dans les Pyrénées. Elle est blanche et douce. Tu es prête.

Mimi s’assure que tu sois bien au chaud pour ta séance hebdomadaire télévisuelle et que tu aies tes After-Eight.

Tu devras en manger, pour Mimi, ta grand-mère française, il est inconcevable que ta moitié anglaise n’aime pas

les After-Eight.

Avec son grand cœur, sa cuisine accueillante, sa balançoire rouillée et sa télévision, Mimi c’est une grande

partie de ta vie, des mardis soirs et des mercredis, des vacances à Sainte-Cécile et des visites chez l’opticien.

Mimi avec sa Mini rouge, son chapeau rouge, ses gants rouges, ses chaussures rouges et sa télé noire.

Cette boîte énorme, passive et intrigante qui tout à coup se réveille et invite le monde à la maison de Tortequesne.

Dans les années 80, les pages du Téléstar ne vantent les programmes que de quelques chaînes.

« La dernière séance », « Le Club Dorothée ». Michel Drucker, Jacques Martin et Sylvie Vartan sont régulièrement

en couverture sans oublier Denise Favre, bien sûr.

Chez toi à Cambrai, il n’y n’a pas de télé. Pas de pain perdu à la confiture ou de pâtes au sucre sous la peau

de mouton endormi et le regard attendri de Mimi.

Aujourd’hui, c’est le XVIIème siècle du Roi Soleil qui s’empare de la boîte noire. Louis XIV tu le connais,

ton grand-père t’a parlé de lui. Les décors de Versailles somptueux, grandioses te donnent le vertige, le froissement

des costumes te donne la chair de poule, la voix de Louis XIV te propose un voyage. Ton regard mémorise tout :

les dorures éclatantes, les médecins sévères tout de noir vêtu, le sang rouge écarlate de la mère, les bassines

blanches maculées vidées dans la cour, l’ascension de Molière et même sa rivalité avec Lully.

La mère qui meurt d’avoir trop été saignée. La mère qui meurt de l’ignorance des savants qui ne savent rien.

La mère quitte la vie et le petit Molière s’en empare. Une bassine de sang pour une vie d’adulte. Une bassine

de sang qui engendrera une haine des médecins jusqu’à la mort.

L’image de la mère saignée et celle des litres de sang versés devant la porte restent en toi. Tu en rêves.

Ce n’est pas de la peur que tu éprouves. C’est de la joie, curieusement. Le sang se conjugue donc aussi au féminin.

Sa chaleur, sa texture, ses symboles te reviendront en mémoire quand tu deviendras une femme à ton tour.

Ton amour du théâtre, de la scène, des costumes et de l’Histoire est-il né de cette rencontre ? Ta moitié anglaise

a-t-elle profité de cette passion pour te kidnapper et te faire préférer Elisabeth à Louis et Shakespeare à

Molière ? Aujourd’hui sans Mimi et sans boîte noire, le théâtre s’empare toujours de tes sens et te propose

toujours un grand voyage.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus