a a a

© 2020 Alice Leloup

Poème à l'homme qui résiste (mais qui craquera, rassurez-vous). Donetsk, 8 avril 2019.
Reprendre la lecture

A cligner au soleil revenu
Ou serait-ce à ton sourire ingénu?
Je distingue le cadre champêtre en sépia
Effacés la ville et ses coups bas

 

A t’entendre asséner la sentence
Bribes incertaines de ta vie en latence
Je ne voudrais pourtant être nulle part
Que sous tes yeux ruisselant d’étoiles

 

A pianoter sur tes avant-bras
Des airs secrets qui ne te quitteraient pas
Je te chante – entends-tu? – les délices
D’une échappée sur les pas d’Alice

 

Ferme les yeux, allonge-toi
Sur nous, les roseaux forment un toit
Et au diable la morale et ses lois

 

A saisir mes cuisses dans le noir
Mes mains enragent de désespoir
Pour l’âme nul repos
Quand l’orgasme éclate en sanglots

 

A se demander ce qu’il adviendrait
L’esprit lutte, aucun ne l’accepterait.
Qui sait, eau fraîche d’un été?
Ou réel trésor d’un mot galvaudé?

 

A quoi bon te débattre autant?
Car tu le sais, c’en est troublant
En vrai, nous sommes déjà amants.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus