22.11.2020 16 1 Pirouettes

Aphorismes

a a a

© 2020 Omar  BONANY

«Battre comme plâtre, un masque de théâtre» (No 49). Toutes proportions gardées, un choix d'aphorismes en hommage à Jules Renard ou Élias Canetti, pour ne citer que deux belles plumes, suivies avec assiduité depuis des lustres
Reprendre la lecture

P I R O U E T T E S

 

Omar  Bonany

 

 

 

Bougie de poupée. Écrire un

petit conte à sa petite clarté.

Jules Renard, Journal (1925)

 

 

1. On ne se refait pas

     Pris à partie par les siens, qui l’avaient plus d’une fois soustrait à la noyade, Narcisse se voit sommé de ne plus s’aventurer au voisinage d’un plan d’eau.

    Sa résistance vaincue, il finit par céder, non sans exiger des cadeaux de prix, à la hauteur du sacrifice qui leur était consenti.

    Soulagés, ses proches acquiescent d’une seule voix. Pour peu qu’il tienne parole, c’était bien le moins qu’ils se devaient de lui accorder.

    — On t’écoute. Quels sont tes souhaits?

    Et l’incorrigible, prenant déjà des airs penchés à l’idée de s’y plonger, de réclamer, toutes affaires cessantes, un miroir de la plus belle eau.

 

2. Soigner son image

    Si son reflet lui demandait à boire et à manger en promettant, en contrepartie, d’afficher toujours bon teint, Narcisse s’attacherait à le soigner mieux que lui-même.

 

3. Choses tranquilles

    Stanislaw Jerzy Lec, Pensées échevelées (1957): «Tu me demandes comment a joué ce virtuose? Il y avait dans son jeu quelque chose d’humain: il a fait un couac.»

    Et si ces fausses notes venaient bien plutôt des instruments eux-mêmes? Si les choses, rompant l’inertie inhérente à leur nature, tenaient à nous signaler ainsi qu’elles sont parfaitement sereines; et comme telles, qu’elles ont peu à faire d’aspirer à la perfection?

    Étrangères à l’exaltation de nos valeurs, insensibles à nos démangeaisons et nos courses vers le plus haut rang, matière inanimée elles sont, matière elles souhaitent rester, pleinement accomplies dans le silence et le détachement.

    Et partant, essentiellement détachées des choses de ce monde…

 

4. Pointes de vue

    Au royaume des Boute-en-Train, on se plait comme partout ailleurs à débattre de la pluie et du beau temps.

    À ceci près que le beau temps étant l’objet de risée, et la pluie sujet de raillerie, on s’occupe moins d’y refaire le monde, que de lui barbouiller le portrait.

 

5. Partage des tâches

    Le Temps émiette le monde, en déployant les grands moyens; et l’Art le restaure et le farde, avec le seul secours de ses petites mains.

 

6. Un immense talent

    Il a écrit de grands livres mettant en scène des petites gens.

    Et quand on y entre, et qu’on les voit vivre, on se surprend à relever la tête, comme Gulliver, quand il vit d’humbles paysans, natifs du pays des Géants.

 

7. La Vérité en partage

    La Vérité ayant jailli au milieu de leurs palabres, ils sortirent leurs plumes; mais comme il s’agissait de camelots, c’était à seule fin de faire leurs comptes.

    À l’égal d’une génisse, sensibles qu’ils étaient à ses seuls titres convertibles, ils s’empressèrent de soumettre la nouvelle venue au pesage.

    Et la Vérité dépouillée de ses attributs, chacun d’entre eux s’en fut les négocier de son côté.

 

8. Le syndrome de Thrasylle

    Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes (1686): «Certain fou athénien [Thrasylle], qui s’était mis dans la fantaisie que tous les navires qui abordaient au port du Pirée lui appartenaient».*

   Le syndrome de Thrasylle étendu aux «GAFA» et autres nouveaux léviathans; et c’est un bâtiment autrement imposant, le vaisseau du monde lui-même, avec l’ensemble de ses occupants, qui semble leur revenir de plein droit.

    *GF-Flammarion, 1998, p. 67

 

9. Mise en bière

    Témoin de ce siècle et de ses infamies, Vinci, aujourd’hui, n’inscrirait plus l’homme de Vitruve dans la plénitude d’un cercle, mais dans un ovale.

    Avec les bras ramenés au corps, logé dans une forme oblongue, allongée à l’image d’un cercueil, ou d’une balle.

 

10. Une légende vivante

    Avisant le grand méchant Loup, il se porte sans peur à sa rencontre.

    Puis, tapotant familièrement les flancs de la bête, il demande:

    — Grand-mère, es-tu là?

 

11. Un titre rêvé

    Les rêves harmonieux où nous nous concilions les bonnes grâces de tous, et où toutes choses répondent à nos vœux, sont comme des écoles de musique où l’on nous assignerait d’entrée le titre de virtuose.

 

12. Une concession de taille

     Il change d’avis comme de chemise; mais pour rester cohérent, il se borne à sa pointure.

 

13. Déformation professionnelle

    Devenu maître de sa destinée, et libre de disposer de soi à sa guise, l’outil se remet sans y penser à la besogne.

    Et le voilà qui reprend de sa propre autorité, machinalement, le manche…

 

14. Un monstre d’ambition

    — Il a des visées monstrueuses: il veut que son nom soit répété de bouche en bouche.

    — Voilà un homme ambitieux. En quoi est-ce monstrueux?

    — Il veut l’entendre claironner par les gargouilles du monde entier…

 

15. La traversée des apparences

    À l’instar des jumeaux parfaits, chaque horizon ressemble trait pour trait à son voisin.

    Mais chacun d’eux, gros d’écueils, ou plein de promesses, recèle un monde distinct.

 

16. Le roi de la Glose

    Henri Michaux, Ailleurs (1948): «Il est de bon ton, à Poddema, de lancer de temps à autre des mots sans signification, et des couples de mots immédiatement contradictoires.»

    À chaque fois qu’il m’arrive de parcourir une critique d’art, je me fais l’effet d’entendre un sujet surmené du royaume de Poddema; et comme le ton en est souvent compassé, je me ravise, et pense avoir affaire à un consul.

    Mais les analyses les plus alambiquées, d’art ou autres, me semblent toujours le fait d’un forcené qui se serait élevé, de son propre chef, à la dignité de roi de Poddema.

 

17. Témoin ultime

    «Les étoiles sont millions; et millions d’étoiles les yeux qui les regardent.»

    S’il ne devait survivre  d’Antonio Porchia, l’auteur d’un seul ouvrage (Voix, 1949), qu’une seule formule, se plaire à penser que ce sera celle-là; et qu’elle durera tant qu’il y aura , sous le ciel étoilé, un témoin humain, en mesure d’y lever encore ses regards…

 

18. Selon le vent, la voile

    À l’en croire, contre toute apparence, ce n’est guère par opportunisme qu’il se range du côté des vainqueurs, mais par grandeur d’âme, pour consoler benoîtement les vaincus.

 

19. L’esprit et la matière

    Peinte, sa table de travail figure la Terre.

    Ses coudes reposent sur les continents; et sa feuille flotte sur les mers…

 

20. Rampe d’essai

    Faute d’esprit de suite, l’escalier qui mène à l’Idéal aura perpétuellement le lustre du neuf.

    Mais ses premiers degrés, des plus courus, apparaissent plus élimés que les chemins.

 

21. Le roi des borgnes

    Ces gens ne sont guère à leur affaire, se dit le borgne au pays des Aveugles.

    Pour autant que je puisse en juger, ils semblent m’avoir proclamé roi, les yeux fermés…

 

22. Un quotidien sans vagues

     Stanislaw Jerzy Lec, Pensées échevelées (1957): «Une revue de province me fit cette proposition: que je leur fournisse, pour un prix moins élevé, des pensées meilleur marché.»

     Bon an mal an, à l’enseigne du Calme plat, le Rédacteur appointé fait le bonheur des abonnés à grand renfort de considérations sans fond ni relief; mais qu’il s’essaie à prendre de la hauteur, et le paisible quotidien se doit de faire relâche afin que son penseur étalonné retrouve son niveau contractuel.

     Et les lecteurs du Calme plat, le juste étiage rétabli, de reprendre sans remous le cours introublé de leur vie…

 

23. Montée au front

    Le comble du bellicisme: voir ses arrière-pensées elles-mêmes jouer des coudes et se porter, à peine nées, aux avant-postes.

 

24. Conflit de consciences

    Depuis qu’il se sait le directeur d’âme de son époque, il s’est promis de servir ses contemporains sans partage.

    Et il s’est fait un point d’honneur de mettre sa conscience propre en veilleuse.

 

25. De pure forme

    Bouée en carton-pâte, pour sauver les apparences.

 

26. Les affinités réflectives

    Venise submergée, tous les miroirs vénitiens ont pris le deuil, et se sont embués…

 

27. Espace vocal

    Les mots sont asociaux: mettez-les en contact, et ils ne veulent plus rien dire.

 

28. Rien de nouveau sous le soleil

    Le futur a ses messagers; mais leur voix nous semble provenir du passé, car ils n’ont rien à nous dire de neuf.

 

29. Un air de famille

    La montagne a accouché d’une souris, couleur muraille.

 

30. Juridiction universelle

     Et si nos rêves n’étaient qu’une annexe de ce corps de logis qu’est la vie? Si les mêmes règles y avaient force de loi, comme dans ces comtés satellites qui semblent libres d’attaches, mais qui ressortissent du même corps d’État?

    La loi commune, une et indivisible, assujettie à tout ce qui se trouve sur la même terre, et sous le même ciel…

 

31. Un poste idéal

     Notre meilleure planche de salut: un tremplin qui nous projette sur notre bonne étoile.

 

32. Un monde en dormance

     C’est une graine de génie.

    Ailée comme une semence de sycomore, elle s’échappe du globe et donne naissance, sur l’astre où elle échoue, à des forêts et des prairies.

    Et, de proche en proche, à une autre Terre…

 

33. Coupe de fiel

    Eau dans le gaz, pour verre de l’inimitié.

 

34. Quartiers de noblesse

    C’est une âme bien née: elle ne s’attache qu’aux parties nobles du corps.

 

35. Scrupules formels

    Au royaume des Puristes, les pinces-monseigneur servent rigoureusement à forcer les portes des riches.

 

36. Pas de cette eau-là

    Serment nobiliaire: «Fontaine publique, je ne boirai jamais de ton eau».

 

37. Un ménage terre-à-terre

   Excédé des unions en l’air, où un seul faux pas vous perd, voltigeur rangé des toitures cherche danseuse de corde retournée au trottoir.

 

38. Le souffle des mots

    — Les mots me manquent cruellement, dit l’outre d’Éole.

   Débarrassée de ses vents, elle s’était vue délestée, dans le même mouvement, d’une bonne part de ses moyens d’ex­pression.

 

39. Esprit de corps

    Des pleureuses appointées, qui viennent de perdre une des leurs; et les voilà s’affligeant à l’unisson devant sa dépouille, avec la meilleure bonne foi du monde, en parfaite union de cœur…

 

40. Foi bien ancrée

    L’ancre de cette nef engloutie nourrit de métaphysiques visées: agripper l’ancre des bateaux qui passent.

 

41. Voie royale

   Son destin était trop bien tracé: le Royal Express a trouvé à s’y engager, et l’en a éjecté.

 

42. Un coup de maître

   Il pille ses employés; mais nul ne s’en avise, car il opère de main de maître.

 

43. Un fin bec

    C’est un arbitre des codes et des élégances.

    Son sifflet, soigneusement commandé par ses soins, sort des mains d’un maître-confiseur.

 

44. Esprit de dépouillement

    Principe de pauvreté, communément répandu dans le monde végétal.

 

45. Pris sur le fait

    Au royaume de l’Immobilisme, passer à l’action revient à verser à l’ennemi.

    Et l’auteur du forfait de se voir assigné aux arrêts prolongés…

 

46. L’idéalisme pratique

    C’était un pragmatique. Il est mort pour une idée toute faite.

 

47. Rôle muet

    Muet, mais très adroit de ses mains, il sert comme souffleur dans un théâtre d’ombres.

 

48. Arrière toute

    Né dans le ruisseau, il a longtemps ramé pour ne pas finir dans la mer.

 

49. Un traitement inhumain

    Battre comme plâtre, un masque de théâtre.

 

50. Un récit en abyme

    Et si le plus abouti des chef-d’œuvre se trouvait dans une sous-province de Lilliput, au sein d’une maison de poupée, dans le dernier fond d’un tiroir à secret?

 

51. Le haut du panier

    Ulcéré de se faire décrier, il joue des pieds et des mains, et parvient à se faire une place enviée, bien plus honorable, tout au-dessus du panier de crabes.

 

52. Les maîtres d’hier

    Asservi, le hasard ne se plaira à servir que ceux qui ne croyaient pas en lui.

 

53. Le chaudron primordial

    Débattant des principes d’origine et de tout ce qui en procède, ils se plaisent à spéculer devant leurs fourneaux:

    — Qui est venu en premier: l’œuf en neige, ou la poule au pot?

 

54. Les limbes des pacifiques

    Dans l’asile des Rêveurs, les murs s’ornent de toiles vierges, que les pensionnaires se plaisent à sonder à journée faite, le plus intensément du monde.

    Mais quand disparaît un Rêveur, on se hâte de couvrir ces tableaux, comme les Levantins voilent les miroirs.

 

55. Des litanies de saints

    On canonise trop: un saint châsse*  l’autre.

    *Une châsse (reliquaire)

 

56. Le brouet et le grabat

    On recherche mauvais coucheurs pour mettre à l’épreuve lits de camp, à destination d’une maison de redressement.

    Dans l’optique d’une bonne mise en train, le vivre et le couvert sont accordés au régime de forteresse en vigueur chez nos clients.

 

57. Mobile home

    Le comble du nomadisme: établir sa tente sur des sables mouvants.

 

58. Le cheminot de Damas

   À chaque station de son chemin de croix, il biffe son indicateur des chemins de fer.

 

59. Lumière solennelle

    Cierges en cire à cacheter, pour lustre protocolaire.

 

60. Le ciel des hommes

    Joseph Joubert, Carnets (1838): «La pensée se forme dans l’âme comme les nuages se forment dans l’air».

    L’âme à son ciel, où voguent des pensées de passage.

 

61. Un point c’est tout

    Je n’ai jamais eu l’heur de tenir tribune, jamais eu voix au chapitre, dit le point final du dernier livre.

    Mais c’est à ma petite personne, le livre clos, que reviendra le tout dernier mot.

 

62. À bonne école

    C’est une institution pour apprentis conquérants.

    D’un semestre à l’autre, elle n’arbore jamais la même bannière, ni le même nom.

 

63. Un duo sans choc

    Corne de brume pure, sans pièce aucune, actionnable sur vaisseau fantôme.

    Un pendant surnaturel, dans le spectre acoustique, au fantomatique couteau, sans manche ni lame, cher à Lichtenberg…

 

64. Du nouveau sous le soleil

    — C’est la fin des temps!

    En service de fraîche date, le jeune cadran solaire se trouve dans tous ses états.

    — Ce n’est qu’une éclipse solaire, lui dit-on.

    Le plein jour revenu, le novice reprend assurance.

    — Une éclipse? dit-il d’un air goguenard. Voilà encore du nouveau.

 

65. Le fantoche d’Héraclite

    Sans principes ni convictions d’aucune sorte, c’est le fleuve d’Héraclite fait homme.

    D’un naturel accommodant, se pliant à toutes les sollicitations, il se montre si coulant en toutes circonstances qu’on n’a jamais affaire deux fois de suite à la même personne.

 

66. Carcan d’horloge

     Je n’ai pas une minute à moi, dit l’horloge: elles me sont toutes comptées.

 

67. Notre part d’invention

     En son temps, le Décaméron de Boccace connut une telle fortune que les nobles se plaisaient à en immortaliser les scènes sur les murs de leurs châteaux.

     Entrer dans un grand livre comme dans un palais qui prend forme à mesure; et l’ouvrage achevé, il reste le palais, édifié de nos mains, et où nul Boccace, ne reconnaissant nulle part son œuvre, ne retrouverait son chemin…

 

68. Sous les planches

     Il a fait ses adieux à la scène.

     Et comme elle était tout pour lui, et qu’il répugnait à endosser un autre rôle, fût-ce celui de sa vie d’homme, il a gagné les coulisses et n’en est plus ressorti.

 

69. Les ficelles du métier

     Désormais, leurs droits syndicaux prescrivent qu’on dénoue périodiquement les ficelles qui manœuvrent les marionnettes.

     Mais il est proscrit de les défaire toutes: cela reviendrait à mutiler un syndiqué pour lui assurer le repos.

 

70. Politique du mot unique

    Le monde habitable parvenu à sa pleine capacité, ses digues prêtes à céder, on y fait la part du feu.

    Une mesure en appelant une autre, on en vint de bonne heure aux coupes sombres, étendues à toutes choses.

    Puis vint le tour du langage de tomber sous le coup de ces ukases.

    Et l’expression «Placer deux mots», regardée comme somptuaire, de déserter sans retour les dictionnaires…

  ——————————-

Découvrir d’autres contributeurs sur le site Webstory.ch

(Ou cliquer sur le nom de cet auteur, en haut à droite)

 

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus