15.02.2021 11 1 Morte-saison

Amour

a a a

© 2021 Jordann

Quoi de plus injuste pour une femme dévouée à sa famille que de se voir abandonnée pour une jeune femme par un homme assez immature pour croire que la jeunesse de celle-ci peut remplacer celle qu'il a perdue.
Reprendre la lecture

Morte-saison

 

Brutalement elle est apparue

Vingt printemps foudroyants

Accaparant sans retenue

Un chêne de cinquante ans

 

J’ai bien tenté de résister

De faire valoir mon bel été

Mais lui, passionné, aveuglé

Ne voyait plus que mes hivers

 

Comme je peux la haïr

Non pas de l’aimer

Mais de me l’enlever

D’anéantir notre avenir

 

J’avais tout donné sans retenue

Oublié nos rares orages

Pardonné ses quelques écarts

Amoureuse je m’étais tue

 

Tout paraît triste et sombre

Du soleil je ne vois que l’ombre

Dépouillée de mon homme

Je frissonne à mon automne

 

Je ressasse nos souvenirs

Bondis à chaque sonnerie

M’enfouis dans ses odeurs

Ma tête me fait horreur

 

Devant cette vie en ruines

Je n’ai plus qu’une envie

M’enfuir dans le sommeil

Vers un exil sans réveil

Commentaires (1)

Webstory
26.02.2021

Ce poème a été tweeté aujourd'hui

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus