Créé le: 19.01.2013
8830 2 5
L’élu

Erotique, Fiction, Polar

a a a

© 2013-2024 Mrs Mayfair

© 2013-2024 Mrs Mayfair

“L’étincelle vacille et s’éteint, les cadavres vont bientôt s’amonceler.  J’aime regarder et je suis de retour…” (Mai 2013) Je ne sais pas si je vais écrire la suite, je l'espère; Le film s’est arrêté sur l’écran dans mon esprit…   
Reprendre la lecture

L’élu – page 1

Le soleil irradie, les buissons de buis sont bien taillés, les arbres ploient sous le vent.

Les statues éparses nous regardent avec bienveillance depuis l’aube des temps.

L’allée en gravier blanc se déploie devant le palais toscan,

une table à l’ombre attend avec une nappe en lin blanc.

Les convives sont attendus, fromage et raisins, fleurs et bon vin..

Que de belles vacances devant nous, que de belles personnes à tuer.

Un peu de patience, l’élu va arriver et le bal va commencer.

Le sang et la peur ne vont pas tarder.

Mon vieil ami le choix resurgit, qui sera l’élu?

La soirée commence, les invités arrivent les uns après les autres,

C’est une soirée sur le thème SM, le cuir et le latex sont rois.

Le respect de chacun est la seule règle. Personne ne s’aviserait de l’enfreindre.

Les italiens aiment la fête et le plaisir. Ce soir, les deux sont réunis.

J’aime regarder. Il y a tant de choses à voir. L’être humain est magnifique

lorsqu’il se sent libre et qu’il s’assume.

Ma venue ajoute du piquant, je vais tuer quelqu’un et je ne sais pas encore qui, ni comment.

 

Ch2 – page 2

La dernière fois que j’ai utilisé cette faculté de me mettre dans la peau du tueur, j’ai failli en crever. Résultat: plusieurs opérations, un an de rééducation et quelques cicatrices ça et là sur mon corps d’Adonis. J’en plaisante aujourd’hui, parce que je suis revenu à ce que je sais faire mieux que personne: la chasse.

Mon tueur aime regarder mourir la beauté et je sais ou pour être plus juste, je sens qu’il est là ce soir.

Un peu comme Hannibal Lecter, il sait apprécier un bon repas ainsi qu’une belle mort, il a de l’humour. Dans un sens, je l’admire, c’est un artisan du plaisir. Il a failli me tuer et je ne sais pas pourquoi il m’a laissé la vie sauve. Peut-être qu’il se sent seul. Peut-être suis-je un bon adversaire?

Je m’égare, j’ai un psychopathe à poursuivre. je vais donc vous laisser pour l’instant.

Dieu merci tout le monde n’est pas en string, mon costume Tom Ford noir va me permettre de me fondre dans la foule cosmopolite et de m’introduire dans le cercle fermé de mon hôte.

 

Ch3 – page 3

Une splendide créature habillée d’un strict manteau noir me fait signe, elle est seule et me demande d’un geste de la main, de lui prendre le bras. Pas un mot n’a été échangé. Me voilà accompagné et nous nous dirigeons d’un pas ferme vers les cryptes.

A l’entrée, nous montrons nos invitations et comme toujours, il faut être en couple. Le service de sécurité passe chaque personne par un détecteur. Il n’est pas question d’appareils photo ou de caméras, la discrétion est de mise.

Ensuite, une soubrette blonde donne à chacun un masque de Carnaval de Venise. Le mien est noir et simple, celui de ma compagne est fait de plumes émeraude, elle ressemble à un oiseau égaré et magnifique.

Nous entrons pour découvrir plusieurs salles voutées, divers bars sont ouverts, le champagne coule à flots, la foule est dense et chamarrée.

Le vestiaire est obligatoire et mixte. Nous déposons nos affaires personnelles et les vêtements dont nous n’aurons pas besoin. Les hommes peuvent être habillés comme ils le désirent.

Le dresscode concerne seulement les femmes. Elles ont le droit de choisir : cuir, latex, plastique, plumes ou nue. Seul impératif, le sexe est offert à la vue de chacun. Tiens, cela me rappelle le livre d’Histoire d’O dans les années 70. Il reste encore des adeptes…

 

Ch3 – page 4

Ma compagne a enlevé son manteau et dessous, il ne reste qu’un collier autour de son cou avec une laisse, le tout en diamants et des talons noirs vertigineux Jimmy Choo. Eurasienne, les cheveux longs, noirs et lisses jusqu’à la taille. Elle est superbe, j’en ai le souffle coupé…

D’un regard, elle me signifie mon congé et disparaît parmi les gens.

La musique est assurée par un DJ venu spécialement de Londres, électronique et puissante. Elle martèle les derniers sons underground à la mode. Je reconnais là mon ami Max, vieille branche, il est encore dans les meilleurs. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il faisait ce genre de soirée, cachottier !

– Hé salut toi, que fais-tu là ? hurle Max pour couvrir la musique.

– Je bosse, figure-toi, je cherche une de mes proies et toi, c’est nouveau, ce genre de soirée ?

– Ben ils paient extrêmement cher…et tu sais, à mon âge, le plaisir des yeux…

– As-tu remarqué quelque chose ? Tu sais ce que je cherche…

– Non, rien pour l’instant, je te fais signe.

Max dans une autre vie a été flic et même un très bon flic… Il a changé de vie suite au meurtre de sa femme. Souvent, une seconde chance nous est donnée, encore faut-il l’accueillir…

 

Ch3 – page 5

Je m’éloigne et commence à visiter les diverses salles. Chacune réserve des surprises.La première est grande et contient une quarantaine de personnes subjuguée par une exhibition sur scène. Un homme entièrement habillé de latex est assis ligoté sur une chaise spéciale, placée sur une estrade. Le sexe est nu, ainsi que les fesses. Il est solidement attaché et ne peut bouger un cil. Son membre est dressé. Il est très excité. La dominatrice est derrière lui et lui fouette les fesses lentement, mais avec régularité. Il gémit, mais cela n’a aucune importance.De l’autre côté, il y a un autre homme debout, dans le même costume avec un masque intégral lui aussi, mais il a une boule dans la bouche. Ses mains sont attachées dans le dos. Son membre est dressé et il se tient à quelques centimètres de la bouche de l’homme assis.La tension est palpable, plusieurs personnes dans l’assistance ont la bouche entrouverte, comme si elles attendaient que l’homme debout s’avance pour offrir son sexe à l’autre.Moi-même, je suis troublé. C’est intriguant ce désir offert.

Je me demande si l’homme que je cherche serait lui aussi troublé… Lui qui aime la beauté jusqu’à l’excès.Je passe à une autre salle, là, je retrouve mon bel oiseau aux plumes d’émeraude. Elle est sur une petite estrade avec des coussins, son Maître l’exhibe pour une vente aux enchères. Elle est à quatre pattes. Il la tient par la laisse et elle se fait admirer sous toutes les coutures. La laisse et le collier en diamants lancent mille feux. Elle est décidément superbe.

 

Ch3 – page 6

La vente aux enchères concerne un moment passé avec elle. Il ne s’agit pas d’argent, les personnes intéressées doivent proposer quelque chose qu’elle va devoir faire ou recevoir, une épreuve du feu en quelque sorte. Elle choisira elle-même le gagnant. Ils redoublent d’imagination mais elle ne donne aucun signe pour le moment. Là aussi, la tension est à son comble. Je reviendrai plus tard voir le choix qu’elle a fait.

La salle suivante est la discothèque, une foule danse aux rythmes de mon ami. C’est tribal comme effet. Des femmes à moitié nues, aux déguisements divers et variés bougent et se rapprochent.

Je vois deux ou trois femmes qui pourraient faire de belles proies. Il aime par-dessus tout les femmes racées. Les hommes ne sont pas à l’abri, puisqu’il s’en est pris à moi…

Dans la même salle, à quelque mètres… Sous un masque noir, un beau blond observe la foule.

Je l’ai repéré le petit détective. Je ne sais pas si ce soir, je vais à nouveau le laisser partir…

Il me plait bien, il va adorer crier sous mes doigts…

Décidément, j’ai bien fait de venir, la nuit est encore longue et je me sens en forme.

Que vais-je utiliser pour prendre un maximum de plaisir? scalpel ou cutter? vais-je l’étouffer à petit feu ou essayer le supplice de la noyade? Il m’inspire beaucoup… je vois d’ici qu’il s’entretient très bien, la peau a un beau grain, bien hydratée, comme elle doit être souple…

Bien choisir sa proie fait partie intégrante du jeu. Qu’en pensez-vous cher lecteur?

 

Ch4 – page 7

Les années 80, quelque part dans une cave en Allemagne…

Deux jeunes garçons se réveillent fourbus, menottés chacun à une chaise. Les yeux bandés, ils écoutent au loin les rumeurs de la ville.

– Petit frère, tu es là ?

– Oui, je suis là.

– Ça va, tu n’as rien ?

– J’ai mal aux poignets, c’est trop serré.

– N’aie pas peur, on va s’en sortir, je te le promets.

Ils se taisent car ils entendent des pas qui se rapprochent. Une porte s’ouvre…

– Bonsoir Messieurs. Vous êtes réveillés, c’est bien. Voici la situation : vous avez un choix à faire. L’un de vous va rester avec moi de son plein gré et l’autre pourra partir. Vous avez la nuit entière pour réfléchir. Demain matin, vous me direz lequel va rester. Si vous ne choisissez pas, je tuerai un de vos proches par jour jusqu’à ce que vous vous décidiez. Il ne sert à rien de crier, personne ne vous entendra…

La porte se referme et les pas s’éloignent. Les deux frères pleurent silencieusement dans la nuit…

Commentaires (2)

Starben CASE
29.07.2023

J'ai vu votre histoire sur Twitter. Il y a beaucoup de mystère et de suspens. Vous décrivez un monde secret peu connu. Quand pensez-vous nous donner encore un morceau?

Mrs Mayfair
29.07.2023

C'est une bonne question à laquelle je n'ai pas de réponse... Tout est possible, peut-être qu'un jour la suite du récit m'apparaîtra... Merci de l'avoir lue.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire