“Connais—toi toi-même et tu connaitras l’univers et les dieux”
Reprendre la lecture

Lorsque Jeanne avait dix-neuf ans, elle fit un rêve qu’elle n’oubliera jamais.« J’ai fait le plus beau rêve de ma vie, déclara-t-elle avec extase à sa mère. J’aurais tant voulu ne pas me réveiller. J’’étais sur une route, je marchais et tout-à-coup quelqu’un m’a tiré dessus. J’ai reçu une balle de pistolet entre les deux yeux, juste au-dessus du nez et cela m’a fait exploser le crâne. La douleur était intolérable et je suis morte. J’ai alors traversé un long tunnel où je distinguais des personnes aimées décédées qui m’invitaient à les rejoindre. Tout-à-coup, j’ai débouché dans une lumière d’amour qui m’a enveloppée d’une chaleur que je ne pourrai jamais décrire.» Si elle en avait eu le choix, Jeanne serait peut-être restée dans cette lumière qu’elle ne perdra jamais et elle aurait gardé pour elle ce moment d’éternité. «Tu as rêvé que tu étais morte et c’est le plus beau des rêves que tu aies jamais faits ?» avait demandé sa mère incrédule et vaguement inquiète.Non seulement c’est le plus beau rêve que Jeanne ait jamais fait mais il lui a donné une énergie qui ne la quittera jamais et la guidera dans la recherche de son être profond tout au long de sa vie. Dans une lettre au moine Wibert de Gembloux, une grande visionnaire du XIIe siècle, Hildegard de Bingen, écrit : «Depuis mon enfance, je vois constamment une lumière dans mon âme mais non avec les yeux extérieurs ni avec les pensées de mon cœur : les cinq sens extérieurs n’ont pas davantage part à cette vision…La lumière que je perçois n’est pas de nature locale mais elle est beaucoup plus éclatante que le nuage qui porte le soleil……Ce que je vois ou apprends dans une telle vision demeure longtemps dans ma mémoire …je ne puis reconnaître aucune forme à cette lumière qui se nomme pour moi lumière vivante…pendant que je jouis de la vue de cette lumière toute tristesse et tout chagrin disparaissent de ma mémoire» Chaque rêve allume dans l’âme une étincelle de lumière vivante.

L’histoire de Violetta se termine ici mais pour les lecteurs qui l’ont suivie, elle doit se poursuivre. C’est à eux de se laisser entraîner par les images du rêve et de découvrir par eux-mêmes des réponses inattendues aux questions suscitées. De nouvelles perspectives s’offriront à eux, la vie changera de couleur.Je l’ai si souvent constaté au cours des séances où le message de son rêve ouvrait au rêveur des horizons jusque là ignorés. J’ai surpris des expressions incrédules puis des regards reconnaissants lorsqu’une situation sans issue devenait surmontable.J’ai partagé l’éblouissement que ces images surgies des profondeurs de l’âme procuraient à son destinataire. J’ai ressenti les bienfaits de la rencontre avec la véritable personnalité.Nous vivons dans l’ombre de nous-même. Mais lorsque la nuit ouvre une fenêtre sur ce qui fait de nous des êtres uniques, alors nous faisons nôtre l’inscription qui se trouve sur le fronton du temple de Delphes : «Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux !» Je rêve de voir Violetta devenir un modèle pour tous ceux qui y aspirent.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus