Après sa séance avec Jeanne, Violette s’est précipitée sur les petites annonces...
Reprendre la lecture

Après sa séance avec Jeanne, Violette s’est précipitée sur les petites annonces dans l’espoir de trouver l’appartement de ses rêves, qu’elle situe idéalement dans le quartier du conservatoire car elle ne vit que pour chanter. Petite fille, elle a fait partie d’un chœur d’enfants dont la directrice était une musicienne exceptionnelle qui ne craignait pas de choisir un répertoire jugé trop difficile pour de jeunes enfants. Madame Roman leur enseignait les morceaux avec tant de professionnalisme et de bonté que ceux-ci étaient visiblement heureux lorsqu’ils les chantaient. Violette se souvient avec bonheur des concerts de Noël auxquels elle avait participé durant plusieurs années et qui ne suscitaient que d’excellentes critiques des journalistes locaux. Adolescente, elle avait voulu prendre des leçons privées au conservatoire et son père avait fini par céder, à la condition qu’elle poursuive ses études et accepte de devenir médecin, comme lui. Le docteur Marcau est professeur de chirurgie et dirige le service à l’hôpital de la ville. Elle aurait promis n’importe quoi pour pouvoir chanter et c’est ainsi qu’elle se retrouve en train de passer ses examens finaux de médecine tout en étant candidate à un concours d’entrée au Grand Théâtre de la ville pour obtenir le rôle principal de Rosine dans le Barbier de Séville de Rossini. Elle s’est présentée à l’audition, a été retenue avec deux autres candidates et la décision finale lui sera communiquée dans trois semaines. L’attente est longue et Violette a beaucoup de peine à cacher sa nervosité à son père qui ignore ce projet ; si elle a la chance d’être choisie, il sera toujours assez tôt pour le mettre au courant. Fille unique, elle sait le poids que met sur ses épaules cet homme trop tôt resté seul et qui l’a longtemps considérée comme son bébé, sa fille et même sa femme. C’était avant que ne surgisse dans sa vie celle que Violette ne

peut désigner autrement que par “sa bonne femme”, qui est venue lui voler ce père qui lui réservait tout son amour. Pour la première fois, elle pense que grâce à cette Géraldine, elle va pouvoir prendre sa liberté et réaliser ses projets les plus secrets.

Dans sa quête d’appartement, elle ne s’est même pas demandé si Yvan faisait partie de son plan. Ils se connaissent depuis si longtemps que cela semble aussi difficile de l’inclure que de l’exclure d’une nouvelle phase de sa vie. Yvan est le frère qu’elle n’a pas eu, le confident de toujours, le fils du meilleur ami de son père. Ils ont été élevés ensemble et lorsqu’ils ont décidé de faire le tour de l’Espagne sac au dos, à l’âge de 18 ans, c’est avec la bénédiction de leurs familles qu’ils sont partis. De la manière la plus romantique qui soit, sur une plage de sable fin, sous les pins, un soir de pleine lune ils sont devenus amants, avec un léger goût d’inceste au fond de l’âme. Yvan est ingénieur, il aime Violette et Violette aime être aimée par un homme si rassurant et si amusant. Il sait voir le comique de chaque situation et son sens de l’humour a souvent permis de dédramatiser des moments de tension. Yvan s’accommode très bien de leurs rencontres régulières, à des moments favorables pour tous deux et ne semble pas vouloir s’engager dans une relation plus profonde. « Nous sommes un vieux couple qui n’a pas encore commencé à se connaître » lui dit parfois la jeune femme. Il l’embrasse alors gentiment en déclarant que ce qu’il connaît d’elle le comble pleinement. Elle a la sincérité de s’avouer secrètement qu’elle non plus n’en demande pas plus. Car tout son espoir se cristallise sur ce concours de chant qu’elle désire tellement réussir. Lorsqu’elle chante, Violette a parfois des moments de bonheur pur et rien ne peut détruire le désir de les vivre à nouveau.

Aujourd’hui elle passe l’examen de neurologie et le professeur qui l’interroge sur les phases successives du sommeil mises en évidence par l’électroencéphalogramme ne se doute pas qu’il touche là son sujet préféré.Une très importante découverte faite au-milieu du XXe siècle a permis d’établir un lien entre une activité importante du cerveau et les rêves Des expériences faites dans différents laboratoires de neurologie permirent de prouver que le cerveau a trois états différents : le cerveau qui réfléchit, le cerveau qui dort et le cerveau qui rêve. Dans ce troisième état, appelé sommeil paradoxal, l’activité des neurones est aussi intense qu’à l’éveil, alors que les muscles du dormeur sont paralysés et qu’il est totalement coupé de l’environnement extérieur. Lorsqu’on réveille un sujet au moment de cette phase, il a toujours un rêve à raconter. Cette importante activité cérébrale crée des images mystérieuses dont il est impossible d’envisager sérieusement qu’elles ne présentent aucun intérêt pour le développement et l’équilibre de l’individu. Le sommeil paradoxal existe chez tous les mammifères depuis 160 millions d’années et l’évolution ne maintient pas un phénomène aussi complexe sans raisons puissantes : le rêve répond à une nécessité vitale. Il livre des informations essentielles sur la santé psychique et physique de celui qui le fait.

Certains chercheurs pensent que si nous n’avions pas pendant la nuit une période de reprogrammation de nos neurones, nous aurions tendance à perdre notre personnalité et à devenir une espèce non différenciée, constituée de clones ayant tous un fonctionnement identique pour survivre mais que rien ne distingue les uns des autres. Cette hypothèse permettrait à la neurologie de

rejoindre la psychologie qui considère le rêve comme une énergie tendant à nous faire devenir celui ou celle que nous sommes vraiment.

 

Depuis qu’elle parle avec Jeanne de ses cauchemars, Violette a pu constater qu’elle se sent plus sûre d’elle-même et qu’elle a pu prendre seule des décisions qui lui semblaient jusque là trop difficiles. Elle se réjouit de chacune de ses rencontres avec cette interlocutrice qui sait la mettre en contact avec ses richesses intérieures. Et elle pense parfois que si elle n’obtient pas le rôle qu’elle souhaite à l’opéra, elle se consacrera à la recherche sur le rêve en neurologie. Elle ne pouvait donc tirer de meilleur sujet à son examen.

A suivre: Chapitre 4 La tourte du berger

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus