a a a

© 2020 Anklade

L’imaginal, néologisme du philosophe français Henri Corbin, est une zone intermédiaire entre le monde sensible et le monde intelligible, où vivent des êtres qui attendent que nous les imaginions pour venir au monde. Les Animaginaux font partie du monde imaginal. Ils attendent patiemment que vous les rêviez.
Reprendre la lecture

Le garaudon est un poisson que l’on peut croiser dans l’une des sept mers qui séparent de manière concentrique les continents entourant le Mont Meru.

Traditionnellement, il est supposé que le garaudon habite la mer enchantée, même si certaines chroniques le font parfois apparaître dans la mer de sucre. Quoi qu’il en soit, et bien que toute vérification se trouve hors de notre portée, une histoire de la cosmologie hindoue -que l’on ne retrouve dans aucune des grandes épopées de cette tradition- relate les faits rapportés ci-dessous.

 

Un garaudon avait trouvé au fond de la mer enchantée, alors qu’il creusait le sable pour faire son nid, une caissette fabriquée dans du platine et incrustée de diamants bleus. Le dessus de la caissette tenait à la boîte par quatre vis solidement serrées en chacun de ses angles. Le garaudon habile nageur, il ne lui fut pas compliqué de défaire le couvercle de la caissette en produisant dans l’eau -et dans le sens idoine- de petits et puissants vortex au-dessus de chaque vis.

Lorsqu’il eût terminé son travail et que le couvercle se détacha du coffret, une jeune princesse qui en était prisonnière s’en échappa. Elle apprit au garaudon qu’elle était restée enfermée dans la caissette durant une période si longue, qu’il lui avait semblé qu’elle avait duré mille ans, et cela sans l’espoir de ne jamais parvenir à en sortir. Elle ne savait comment le remercier et le pria d’émettre un souhait qui, quel qu’il soit, lui serait exaucé. La jeune princesse possédait en effet des pouvoirs illimités sur le monde inanimé comme sur le monde animé.

 

La garaudon, subjugué par la beauté de la princesse, sans même réfléchir, lui demanda alors de l’épouser. Celle-ci fut à peine surprise et accéda immédiatement à sa demande en devenant sa femme sur le champs. Elle l’emmena ensuite avec elle dans son palais et, une fois arrivés, elle l’enferma dans le bassin d’un grand jardin où les autres maris de la princesse attendaient avec impatience leur jeune épouse. Le garaudon comprit alors, un peu tard, que la polyandrie était d’un usage courant dans les royaumes entourant le Mont Meru et que selon les us et coutumes de ceux-ci, rien n’empêchait la princesse de l’avoir pris pour mari tout en honorant de ses charmes ses nombreux autres époux.

Le garaudon demanda alors à retrouver sa liberté, ce que la jeune princesse lui accorda. Il retourna au fond de la mer et vendit les diamants ainsi que le métal précieux dont était fait la caissette à une coquille Saint-Jacques. Avec l’argent ainsi gagné, il fit bâtir la ville sous-marine de Dwarka, aujourd’hui attribuée à Kṛṣṇa.(कृष्ण)

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus