Créé le: 27.09.2021
4079 15
Grandir

Auto(biographie)

a a a

© 2021-2022 Omar  Bonany

© 2021-2022 Omar  Bonany

Texte paru au sein d'un recueil collectif en septembre 2021 (Éditions Soleil Blanc, Saint-Martin), sous le titre générique «D’Écrire ma ville Lausanne»
Reprendre la lecture

G R A N D I R

 

Omar  Bonany

 

 

 

Étudiant perpétuel, avide de tout savoir.

Gottfried  Keller,  Henri  le  Vert  (1855)

 

À Mme B., auditrice à Dorigny

 

C’était la figure vivante de l’Ordre, le maître du château aux ouvertures condamnées, où il était relégué à demeure. Mais il y avait de loin en loin des enclaves franches ; des terres inaliénables et libres, étrangères à sa juridiction.

Il en allait ainsi de la Bibliothèque municipale.

Déjouant sa surveillance, il s’éclipse à la première occasion pour gagner cet ermitage. Imperméable aux rigueurs d’un père habité de noires obsessions, c’est la serre chaude où il peut enfin trouver asile en toute quiétude.

De Chauderon à Montriond, impropre à concevoir qu’il puisse se trouver endroits plus hospitaliers, il y aménage ses quartiers. Il y prend racine, sous la conduite des Anciens tout autant que des Modernes.

Par la suite, d’autres lieux d’ancrage s’offrant à sa curiosité, il s’avise d’y pousser une reconnaissance. Tombant successivement dans leur attraction, ce fut ainsi, du Cercle littéraire aux ors du palais de Rumine, sa triomphale tournée des grands ducs.

Puis vint la citadelle, dont il n’entend plus déserter l’enceinte. C’est sous les murs de Dorigny, où il emprunte la casquette d’auditeur libre, faute d’y occuper de plein droit une place attitrée sur ses bancs.

Payant ce providentiel sauf-conduit d’une assiduité redoublée, il s’emploie de cette manière à rattraper ses classes. Elles furent, il y a beau temps, ruinées par le fait du prince ; mais ce dernier a beau avoir disparu, et ses lois d’airain tombées en désuétude, ses injonctions déchirent toujours ses nuits.

Désormais, c’est au sein de ce vivier où la pluralité des disciplines, à l’égal de la Maison de Salomon*, ne sont jamais en peine d’officiants, qu’il travaille à se rétablir dans son estime.

C’est là qu’il prend à tâche de grandir et de réduire ses plaies et bosses, en travaillant à restaurer, vaille que vaille, le livre dévasté de son passé.

*Nouvelle Atlantide, Francis Bacon (1627)

————

Caroline Rieder, quotidien 24 Heures, 22 septembre 2021:

«Deux cents habitants racontent leur Lausanne. La capitale vaudoise se donne à lire dans de courts textes de 1200 signes rassemblés dans l’ouvrage collectif D’Écrire ma ville Lausanne…»

————

Pour consulter d’autres productions du même auteur, cliquer sur son nom, en haut à droite

 

[Remanié en 2022]

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus