Poème en trois vers, // de cinq, sept et cinq syllabes, // venu du Japon.
Reprendre la lecture

Haïkus romands

 

Larmes de glycine

Amoureux de la beauté

Je saigne des yeux

 

Colibri perdu

Sur la carte de ma ville

Je cherche vos yeux

 

Épine de rose

Le sabre du samouraï

tombe devant toi

 

Je ne peux dormir

Votre ombre prend trop de place

Dans mon petit lit

 

Jeune libellule

Tes ailes sont moins fragiles

Que mes pieds de sable

 

Face à l’inconnu

Ne crois pas bien te connaître

L’inconnu c’est toi

 

Sans le goût du geste

Sans l’amour de l’inutile

Un cœur est vulgaire

 

‒ Quel est votre but ?

‒ Oh ! je fais quelques efforts

Pour être sublime.

 

Hors des champs de mots

Je cherche en moi l’animal

Attentif à tout

 

Tendre vers le simple

Vers la tendresse du souple

Et verser le sable

 

Mon cœur nous croit proches

Votre peur nous croit lointains

Supprimons l’espace

 

Le style c’est l’homme

Alors suis-moi jusqu’à l’être

Je suis tous les styles

 

La rose de mai

Résume le désir même

Et l’âme sourit

 

Quand je prends ta main

Je prends racine en ton âme

Alors prends mes fruits

 

J’ai le tronc du hêtre

Le cœur de l’if, l’œil du charme

Et la main du tremble

 

Savoir condenser

Vouloir chercher d’autres pistes

Pour que les mots dansent

 

Au sens opposer

Les caprices d’un esprit

Qui sème à tout vent

 

Haïkus drolatiques

 

Acrostiche

 

Zénobie exprime

un dépit par un mot court

tout à fait poli.

 

Petite annonce

 

Vampire élégant

voudrait rencontrer Persans

pour boire des coups.

 

Immoraliste

 

Parler bien du bien,

c’est dire du mal du bien

et du bien du mal.

 

Syllogisme

 

Tout homme est mortel.

La mortadelle est teutonne.

Donc Socrate étonne.

 

Existentialiste

 

Je suis l’être-là,

dont le soi tend vers le moi

ou se noie en toi.

 

Tricolore

 

Quand le cordon-bleu

est trop cousu de fil blanc,

le Français voit rouge.

 

Tautogramme

 

Ta tata t’a teint.

Ton tatou t’a tout tâté.

Tu t’es tu, têtu !

 

Fable-express

 

Ne faites par peur

aux enfants ! Moralité :

Terreur n’est pas conte.

 

Rimes équivoquées

 

Près du perroquet,

le chien se repère au quai.

L’ara : – Paix, roquet !

 

Anagrammes

 

Il faut le noter :

notre ténor sur son trône

doit faire un étron.

 

Tum-tum

 

Sous un post-scriptum,

l’erratum ad libitum

sert d’ultimatum.

 

Chanson

 

Au clair de la Lune,

je dois payer mes impôts.

Prête-moi des thunes !

 

Adultère diététique

 

Bill, un boulimique,

cherche une grasse maîtresse

pour tromper sa faim.

 

Écrivains

 

Genet l’a planté.

Racine l’a prise en France.

Char l’a tiré loin.

 

Proverbe

 

Qui sort un proverbe

au lieu de sortir sa langue,

ne sort pas du rang.

 

Monovocalisme en e

 

Le PDG sec

presse le désespéré

de fermer le bec.

 

Monovocalisme en u

 

Brutus, l’urubu,

crut qu’Ubu but du pur jus

sur l’urus du duc.

 

Monoconsonnantisme en s

 

À Suse, Isis use

ses oiseuses oasis

où Sue a sué.

 

Notes de musique

 

Dos ciré, Rémi,

l’ami lascif adoré,

l’ado si miré.

 

Séquence vocalique

 

« L’art me fit cocu

avec l’inconnu caché »,

dit l’obscur grand clerc.

 

Palindrome

 

ô nécessité,

relis « net » sur « ustensile »,

retisse ce nô !

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus