Créé le: 08.06.2024
19 0 0
Fatrasies choisies

Poésie

En 1998, j'écrivis onze onzaines de Fatrasies, dont certaines furent plus tard traduites en roumain par Serban Foarta. En voici un choix de 33. L'ancien français, le latin, l'anglais, le houaïlou, les noms propres, les mots rares et précieux sont à l'honneur.
Reprendre la lecture

1.

Un lérot marin

Jouait du surin

Pour tailler un lemme,

Un rohart d’airain

Signait au burin

L’armet d’une gemme ;

Si ne fût un vieil oedème

Qui dirimait le purin

Et s’entait à un poème,

Le rachis d’un mandarin

Les eût engeignés à Brême.

 

2.

Deux sphères concaves

Ont tenu conclave

Avec un réflexe,

Quatorze accents graves

Ont ploqué des raves

Sur un circonflexe ;

Mais voici qu’un smalt convexe

Rade l’arsin du Rhingrave

Qui les renvoie en annexe

Afin que l’angusticlave

Musse les nombres complexes.

 

3.

Un pet d’Arcturus

Louchie un cirrus

Qui se flâtre en crèche,

Le poids d’un garus

Infecte Pyrrhus

Et lui tord sa brèche ;

Si ne fût un marbre rêche

Catissant un papyrus

Qu’un escafignon ébrèche,

Jamais le nez d’un urus

N’eût entendu un tel prèche.

 

4.

Un faux erratum

Sous un post-scriptum

Narguait un nasard,

Un postulatum

Fait ad libitum

Nacrait un hasard ;

Voici qu’un monaut isard

Qui tard scrutait un scrotum

Muselle un muid de musards

Pour contrer l’ultimatum

D’un très poissonneux puisard.

 

5.

Un saumon fumeur

Siffle une tumeur

Sur le quai des brumes,

La torse rumeur

Dit qu’un las rimeur

Provigne des rhumes ;

Il faut strapasser la grume

Pour qu’un parfait parfumeur

Passe sa jeunesse anthume

Sous le nez d’un embaumeur

Qui empaille des enclumes.

 

6.

Sylvie et Bruno

Chablent des pruneaux

Le long de la Meuse,

Corinne et Jeannot

Sablent des pineaux

Au fond de la Creuse ;

Un tiers dans une vareuse

A déshabillé l’anneau

D’une opérette fameuse

Qui célèbre les cerneaux

D’une furole fumeuse.

 

7.

Un opodeldoch

Fleurant le haddock

Porte un pull turgide,

Un mousseux Médoc

Qui file au paddock

A le teint algide ;

Athéna jette l’égide

Et bat le chemin des docks,

Elle auge la loi rigide

Des troussis du Languedoc,

Dignes frisons des Lagides.

 

8.

A dumpy prayer

In a rolling-chair

Has frozen a cow,

A flabby timber

Who has lost his hair

Has broken a bow ;

Alas, the lavish flour below

Has understood on a stair

That never would cry a row

If the clergyman is fair

And the sand has a sorrow.

 

9.

Une grant cervoise

Ostendoit tricoises

A le seignorage,

Une Champenoise

Hurepoit la poise

Deseure un rivage ;

Es vous un viés beverage

Qui gabusoit une roise

Si c’une none volage

Fist trestorner une noise

Qui venota son corage.

 

10.

Une Japonaise

Pane une punaise

Qui vit sans point fixe,

Une mayonnaise

Maille une Lyonnaise

Qui fait des films X ;

Un prévôt perd son préfixe

Et rumine des fadaises

Sur le préposé aux rixes

Qui fractionne les cymaises

Et les cure à l’or prolixe.

 

11.

Zeus traça l’esquisse

Pour que tu naquisses

Dans l’eau polymorphe,

Il t’offrit sa cuisse

Pour que tu vainquisses

Les anthropomorphes ;

Mais un zigue hétéromorphe

Transporta sa Grèce en Suisse

Car tous les troncs isomorphes

Il les pille ou les écuisse

Pour abrutir les amorphes.

 

12.

Un icosaèdre

Couvre un hexaèdre

De ses leucocytes,

Un dodécaèdre

Ouvre un tétraèdre

A ses phagocytes ;

Si l’icône a ses trachytes,

Si l’otage a ses exèdres,

Par contre les troglodytes

N’ont jamais pu peler Phèdre

Ni son beau-fils Hippolyte.

 

13.

D’un ver à un homme

Il n’est qu’une pomme :

Le nec plus ultra,

De Joseph Prud’homme

A Ubu surhomme :

Choisissez l’extra ;

Etre singe à Sumatra,

Ou pauvre bête de somme,

Ou miteux boeuf de Mithra,

Est-ce là votre rogomme ?

Also sprach Zarathustra.

 

14.

L’éléphant prodigue

Est au fond bon zigue

Bien qu’il extravague,

L’acide Rodrigue

Parfois se fatigue

Quand il prend la dague ;

Sapristi ! Non mais sans blague !

Le poète nous navigue

De Brisbane à Copenhague,

Il obscurcit ses intrigues,

Les raccourcit et zigzague.

 

15.

Para kamo rhu

[tous les hommes voient]

Cere pagùrù

[ils apprennent]

Verhaxa xina,

[ensemble maintenant,]

Para kamo su

[tous les hommes écrivent]

Cere ye cevu

[ils vont commencer]

Verhaxa gara ;

[ensemble demain ;]

Paroro na ma rhaxa

[onze]

Nu piso ro kemoru

[cocotiers baignent dans le feu]

Ki cowa radè koa,

[pour finir après la pluie,]

Cere ye kona buru

[ils iront pécher des fleurs]

Karawa dovo kasa.

[au bord d’un nouveau vent.]

[Poème en houaïlou, langue des Kanaks de Nouvelle-Calédonie.]

 

16.

Un fin cordon-blanc

Sert la truite au blanc

Et le boudin bleu,

Un gentil bas blanc

N’y voit que du blanc

Et fait donc chou bleu ;

Oh, c’est cousu de fil bleu,

Parblanc, Morblanc, Sacreblanc !

Un métal chauffé à bleu

N’effare pas un Sang blanc,

Qui sait trop saigner à bleu.

 

17.

Un ouvert fermé

Adhère au fibré

D’un groupe additif,

Un point séparé

Non dégénéré

N’est pas sommatif ;

Un corps discret réflexif

Sort d’un espace normé

Dans un noyau projectif

Et choit sur un plan filtré

Par l’anneau distributif.

 

18.

Docteur Frankenstein

Salue Eisenstein

L’Yvan terrificque,

Presto Wittgenstein

Offre un Rubinstein

Stéréographique ;

Sur un plan ichnographique,

En libérant ses Einstein

Un monstre est substantifique

De l’Oural au Lichtenstein

Qu’il soit thomiste ou orphique.

 

19.

L’élan en méthane

Freine un fou d’éthane

Qui fend du benzène,

La perche en propane

Tend une banane

Au paraxylène ;

Mais l’orque en orthoxylène

Vend le putois en butane,

L’orix en métaxylène,

Le gravelot en octane

Et l’eunice en toluène.

 

20.

Il m’est souvenu

Qu’un chimpanzé nu

A posé dans « Lui »,

Il m’est revenu

Qu’un Lord méconnu

Mangeait des biscuits ;

Je me souviens de l’ennui

Sous son chapeau biscornu,

Je reviens sur mon appui

Qui m’a souvent maintenu,

Je me souviens d’icelui.

 

21.

Par Quetzalcoatl,

Cihuatcoatl,

Et Tlazoltéotl,

Mictanchihuatl,

Chicomécoatl,

Et même Yaotl,

Qui a bottelé Xolotl ?

L’odieux Teccuciztécatl

A brettelé Tzintéotl

Tandis qu’Omécihuatl

Schtroumpfait un peu de peyotl.

 

22.

Un roi nyctalope

Gronde une salope

Qui sortait sans jupe,

Oui mais Pénélope

Avec sa varlope

Lui tondit la huppe ;

Tout cela me préoccupe

Car je sais que l’antilope

N’a jamais fumé des drupes

Même si son escalope

Fait bien trop souvent des dupes.

 

23.

Le loir est parti,

Le rat est parti,

Donc le loir erra,

Le pou est sorti,

Le rat est sorti,

Donc le sort pourra ;

La raison de l’agora

Et celle de l’agouti

Ne sont que des rémoras

Que les flots ont englouti

Dans un ballet d’opéra.

 

24.

Un vocabulaire

Très patibulaire

A Passy but l’heure,

Un nom si vulgaire

Non vernaculaire

A Paris but l’Eure ;

La fantasque chantepleure,

Dans un fourgon cellulaire

Qui détournait les mineures,

Se mit perpendiculaire

Au pendule ourlant le beurre.

 

25.

Un chat quadrilingue

Dans une carlingue

Déclenche un esclandre

Et une meringue

Pointe sa seringue

Vers l’homme au scaphandre ;

« Sandwich à la salamandre ! »

Réclame un steward cradingue,

« Ou mélasse et palissandre ! »

Ajoute-t-il d’un ton dingue,

Avec sa voix de calandre.

 

26.

Le grincheux Priam

Offrit un sélam

A Mathusalem,

Au port d’Amsterdam

Le madapolam

Couvre le totem ;

Quand un crémeux mokkadem

Rencontre un vibrant imam,

Qui tente le grand chelem ?

Peut-être un roi de Potsdam

Ou un gars de Béthléem.

 

27.

Ce cher baba Boole

Eut la chair de boule

Tandis qu’il bondit,

La Seine est maboule :

Tant de boisson coule,

Quel bissant débit !

Un bois bulbeux bave un buis

Et baise un balai qui croule –

Butin ! Quel symbole a dit

Qu’un bal a brisé la foule ?

Ban ! dit Boileau qu’on roussit.

[Pour obtenir la traduction en papou, remplacez les « b » par des « p » et modifiez l’orthographe en conséquence. La ponctuation reste inchangée, sauf dans le dernier vers.]

 

28.

Est melipona,

Est mellivora,

Est tropidurus,

Est melliphora,

Est mastophora,

Est trachyphonus,

Est regulus regulus,

Est tadorna tadorna,

Est falco tinnunculus,

Est motacilla alba,

Est psittacus erithacus.

 

29.

Veni, vidi, zut !

Lulle à Lilliput

Se magna l’arçon –

Hocus, pocus, chut !

La biblique Ruth

Aime les garçons ;

Son mari dort sans soupçon

Dans les vers de l’occiput

D’un poète à Besançon

Qui ne songe au préciput

Ni à la contrefaçon.

 

30.

Un aérophobe

Soulève la robe

D’un plangonophile,

Un odontophobe

Mordille le lobe

D’un bélénophile ;

Un sidérodromophile

Conduit un amaxophobe

Vers un bitrochosophile

Qui est un peu achmophobe

Et quelque peu graphophile.

 

31.

Le grand Tamerlan

Pêche des merlans

Dans le Puy-de-Dôme,

Le franc Magellan

Flagelle un milan

Dans le lac de Côme ;

Mais l’alizé polychrome

Se fiche des éperlans

Et l’océan monochrome

Se fiche des ortolans.

Ils ont tous un goût de chrome.

 

32.

Léchant du styrène

Un pic de Suresnes

A mal aux quenottes,

Vengeant la murène

Un mur de Cyrène

Foudroie la gymnote ;

Lulle enterre un croque-note

Sous la villeuse carène

D’un croquenot qui canote

Parmi les bancs de sirènes

Et les fauteuils de linottes.

 

33.

Par-dessus la cangue

Un chat perd sa langue

Et se met à braire,

En fermant sa gangue

Une anglaise mangue

S’invite à se taire ;

Heureusement qu’un libraire

Encaque un lot de harangues

Dont un conteur peut extraire

Quelques numéros exsangues

Pour nuire aux parlementaires.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire