Créé le: 23.08.2021
35 0 1
Entre ciel et terre

Auto(biographie)

a a a

© 2021-2024 SILA

© 2021-2024 SILA

Chapitre 1

1

Joli mois de décembre : Il faisait froid, je manquais d’oxygène et mes organes se sont très vite mis sur pause.
Reprendre la lecture

 

Il était tout juste 19h quand mes organes vitaux se sont volontairement mis sur pause. Je n’arrive pas me souvenir comment j’ai fini à terre, sur le sol froid de notre salle de bain.
Je me souviens tout de même, de ce froid glacial qui sortait de ses orbites, comme des cailloux de glace transperçant mon âme. Il s’est avancé vers moi, j’ai sûrement pensé pouvoir trouver refuge dans cette salle de bain. Mais très vite, je me suis retrouvée prisonnière entre le carrelage blanc et son corps pourri d’espoir perdu.
Il me regardait, sans dire un mot, sans trembler et son colère aucune. Aucun de ses gestes n’était le fruit d’une impulsion, aucun de ses mouvements ne semblait naître d’une perte de contrôle. Il était là, sur moi, serrant mon cou entre ses mains, en affichant ce joli sourire noirci par le diable! Ce sourire qu’il affiche et que tout le monde reconnaît. Il serrait, il serrait et plus il serrait, plus son sourire grandissait !
J’ai juste posé ma main sur lui, sans un bruit, en le regardant de mes yeux injectés de sang. Mon visage était assoiffé d’oxygène. Et là, Il a lâché et s’est excusé : « Ho mon amour, je t’aime, pardon! »
Il a continué à serrer mon corps entier dans ses bras. J’ai pu respirer et retrouver de l’oxygène, mais j’étais toujours encerclée.

Je suis partie ce soir là, mais il faisait froid dehors et tout me semblait vide… Je ne sais pas pourquoi, je suis retournée dans cet appartement! Il était là, assis, à fumer sa petite cigarette… Il m’a juste regardé et ses yeux étaient devenus doux. Il semblait détendu. Une seule phrase est sortie de ma bouche : « C’était quoi ça ? » Il m’a regardé, il ne se souvenait plus de rien ! Une horreur s’est passée et elle s’en est allée comme le passage furtif d’un arc-en-ciel. Pourtant, mon cou portait les marques violette de son emprise sur moi. Mais le prince a parlé :
« Ma chérie, vient dans mes bras! »

Ce soir là encore, je dormais à côté de celui que j’aimais assez, pour le laisser me faire danser entre le ciel et la terre !

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire