À la façon des Exercices de style de Queneau, à la lisière d'une nouvelle année, comment se débarrasser de celle écoulée ?
Reprendre la lecture

– Que d’actes noirs, que de feuilles déchirées, de murs qui s’ébranlent. Et l’ombre qui s’ordonne autour de toi. Il ne restera de tes jours qu’un éclat de silex dans un puits noir. Je ne te regretterai pas, crois-moi.

– J’ai cru en toi, je suis déçue, trahie. Poignardée par tes mensonges qui ont détruit mes plus  folles espérances. Poignardée oui même si tu ne veux pas le voir. Pas l’entendre. Je ne te dirai pas adieu. Je préfère l’oubli qui guérit de tout.

– Quand tu partiras, pense à laisser les clés sur la table. Tu nous as suffisamment enfermés.

– Tu as fait ta révolution, tu es content ? Maintenant dégage !

– Je pensais que tu serais fidèle à tes promesses or tu as changé de perspective. Je ne t’en veux plus mais je ne te retiens pas.

– Là, je te détricote et je m’aperçois que l’incertitude a du bon, l’année qui arrive ne me fait plus peur.

-2020 ? J’ai raté quelque chose on dirait. Ce n’est pas de ma faute j’étais dans la lune.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus