Créé le: 23.02.2019
1145 2
Cent quarante caractères…

Erotique, Nouvelle

a a a

© 2019-2021 Mrs Mayfair

Chapitre 1

1

Cette histoire se passe aujourd’hui. Une femme écrit sur twitter à un homme particulier. Il est à l’autre bout du monde. Elle ne sait pas s’il la lit. Elle se dit qu’elle n’a rien à perdre.  Chaque jour, elle écrit. Chaque nuit, elle espère. Cette femme, c’est moi…” (Février 2019)
Reprendre la lecture

CENT QUARANTE CARACTERES

 

Tous ces mots laissés dans la nuit sombre…

J’ai l’étrange sensation que quelqu’un est de l’autre côté…

Est-ce que je me trompe?

Et si le silence était mon seul compagnon…

So what?

En fin de compte, cela a -t-il réellement de l’importance…

Je continuerai ma quête…

Je vais raconter une histoire…

Qui sait jusqu’où elle nous mènera…

Nous verrons…

Peut-être un cri muet dans le néant…

Ou simplement… une rencontre…

 

 

22 février 2019

Tard dans la nuit, dans le hall d’un hôtel de luxe…

Cheveux blonds et vêtements noirs, tu me reconnais, sans pourtant me connaître.

Tu vas prendre la clé à la réception, et sans un mot, nous nous dirigeons vers l’ascenseur.

Conscients de cet étonnant magnétisme qui nous relie…

 

23 février 2019

Les portes de l’ascenseur se referment sur nous . Nous sommes seuls, à quelques centimètres l’un de l’autre. Nous résistons à cette pulsion qui nous habite tous les deux. Nous arrivons à l’étage et sortons. Tu passes devant moi et ta main me frôle intentionnellement. Une décharge électrique fulgurante se déclenche…

 

24 février 2019

Tu ouvres la porte de ta suite. Je te suis lentement. Tu sembles calme, ce qui n’est pas mon cas, je tremble de tous mes membres et n’arrive pas à m’en empêcher. Tu allumes une lampe dans le fond du salon et jettes ton manteau sur le canapé. Je suis là,  debout,  à l’entrée, paralysée. Tu te retournes pour me regarder…

 

25 février 2019

A cet instant, tes yeux me révèlent qui tu es. C’était il y a longtemps, à une autre époque. Tu l’as toujours su, que nous nous retrouverions. Maintenant, l’un face à l’autre, cette évidence est là,

ce lien ténu qui nous unit, c’est tout ce qui reste de nous, toujours vivant…

 

26 février 2019

Je ne quitte pas ton regard et ressens quelque chose de fou, d’impossible. Au fond de moi, une porte s’entrouvre, un rai de lumière jaillit. Dans l’obscurité, quelque chose de puissant gronde à l’intérieur. Soudain, nous ne sommes plus dans cet hôtel, le décor s’est dissout…

 

27 février 2019

Des images reviennent à ma mémoire et se superposent devant mes yeux. Je te vois enchaîné, traîné par des hommes. Ils nous séparent et t’emmènent loin de moi. Ils vont t’assassiner. D’autres hommes me retiennent. Les yeux plein de larmes, je ne peux rien faire…

 

28 février 2019

Dans un souffle, tu murmures « Je t’aime, je te retrouverai. Pour toujours et à jamais ». Je devine tes mots plus que je ne les entends. Quelqu’un me met une cagoule sur la tête et m’emmène. Je panique, n’entends plus rien. Puis, tout devient noir…

 

1er mars 2019

Je m’éveille de cette illusion, toujours debout à l’entrée de la suite. Tes yeux inquiets me regardent. Nous n’avons pas échangé un seul mot. Tu comprends que je viens d’avoir un « souvenir d’avant ». A nouveau lucide, je ferme la porte et viens vers toi…

 

2 mars 2019

Ma main trouve son chemin toute seule, une vieille habitude. Je caresse ta joue, doucement, comme autrefois. Comme tu m’as manqué mon amour…

Je te regarde baiser mes doigts, l’intérieur de mon poignet. C’est presque douloureux, ces gestes tendres…

 

3 mars 2019

J’ai attendu tellement longtemps, sans savoir quand je te retrouverai. Plusieurs vies…

Je passe mes doigts dans tes cheveux. Aujourd’hui, ils sont blonds et courts. Jadis, tu les portais longs, noirs et bouclés, tu étais mon ange déchu…

 

4 mars 2019

Ma main continue sa route sur ta peau, elle glisse longuement sur tes tatouages. Ils sont nombreux.

Ils racontent leurs histoires, peintures de guerre, témoignages du passé, peut-être pour te souvenir… Combien de combats as-tu menés, seul ?

 

5 mars 2019

Pas étonnée, je m’amuse de tes piercings, beaucoup là aussi. Ton corps a changé, il s’est ennobli, la peau imberbe est devenue mate, les pays du sud, sans doute. J’aime ce que je touche, toujours musclé, délié, avec élégance. Cependant, dans tes yeux, je vois la fêlure…

 

6 mars 2019

Tu bouges avec une grâce animale. Tu m’enlèves ma veste doucement, avec délicatesse. Ensuite, il me faut quelque chose de fort, tu remplis un verre de cognac et me le tends. Je bois à petites lampées, je déteste, cela me brûle la gorge. Paradoxalement, je me sens mieux…

 

7 mars 2019

J’ai terminé mon verre, tu me l’enlèves pour le déposer sur la table basse. Puis, tu me prends dans tes bras et m’enveloppes avec ta chaleur. Tes lèvres pose mille baisers sur ma gorge, mon visage, ma bouche… Dans mon esprit, une voix explose d’allégresse : il t’aime encore…

 

8 mars 2019

Tout à coup, tu t’arrêtes et m’assieds dans le fauteuil. Tout en continuant à me fixer, tu te recules pour être dans la lumière de la lampe. Tu te souviens à quel point  j’aime  te regarder. Lentement, très lentement, tu commences à te déshabiller…

 

9 mars 2019

Tu commences par retirer ton t-shirt qui tombe sur la moquette, tes chaussettes et tes baskets le rejoignent. Ton corps est parcouru de frissons. Il ne reste que ton jeans. Un bouton après l’autre, tu me regardes, ma bouche est entrouverte, mes yeux sont rivés sur tes mains…

 

10 mars 2019

Les ombres jouent sur ton corps, pendant que tu enlèves le dernier rempart de ta nudité.Te voilà tout entier dévoilé. Tu restes là, simplement debout, découvert, pour que je puisse te regarder. Puis lentement, tu te retournes. Les deux faces de Janus…

 

A suivre…

 

 

Chapitre 2 – il se passe autre chose…

 

Bonjour vous qui me lisez,

En cette belle journée ensolleillée, on va passer un peu de temps hors Twitter, 140 caractères, c’est vachement court…

Et donc, nous allons changer de niveau.

Comme dans un building, vous avez découvert un étage, nous allons passer à un autre, de façon aléatoire, vous allez entrer dans mon Monde.

A cet étage, je vous parle.

Tout d’abord, toutes mes excuses, j’écris comme je cause, direct, franc du collier.

Pour ceux qui veulent du français et de la grammaire, du Zola ou de l’intellectuel , passez votre chemin. Promis, je ferai au mieux pour les fautes d’orthographe. Je dis ça, je dis rien…

Vous ne me connaissez pas encore, mais cela va venir, enfin, si vous restez…

Allons-nous vraiment aller vers cette porte ouverte commune à toutes les récits érotiques ?

Que nenni!

Remarquez, vous avez le choix, cela s’appelle le libre arbitre. Les librairies sont remplies de bons bouquins qui valent la peine d’être lus. Je vous y encourage…

Demandez sans autre au libraire, il vous conseillera volontiers, ils adorent qu’on leur demande…

Pour les téméraires qui décident de rester pour voir comment se passe la suite…

Vous ai-je déjà dit que j’ai un fort penchant à être chiante ? Non ? Bon, je coche, ça c’est fait…

Je m’introduis (sic) avec une petite bio : sexe féminin, petite cinquantaine, physique standard, fausse blonde, quelques kilos en trop, de l’humour noir à revendre, bosseuse… et une ténacité hors du commun. C’est pas moi qui le dit, ce sont les autres (proches, collègues…) qui me côtoient.

Dans une autre vie, j’ai été assistante pendant plus de 25 ans, dans des boulots alimentaires, parlant 4 langues et avec l’informatique facile. Oui, je sais, pas très enthousiasmant tout ça, je vous l’accorde.

Je rajoute un détail, j’ai fait le test deux fois pour vérifier chez la même psy déconcertante, je possède un QI de 132.

On est tous contents.

 

Ceci  nécessite peut-être un petit  cadrage :

Je vous rassure, je ne suis pas plus intelligente que vous. Cela signifie juste que je réfléchis différemment.  Je fonctionne en arborescence, j’ai toujours plusieurs dossiers ouverts sur l’écran de mon cerveau. Voici le pourquoi du comment pour les niveaux…

Je n’arrête jamais de bosser sur des trucs qui n’ont de valeur que pour moi et je cherche inlassablement des réponses. Le doute est mon moteur.

Alors non, aucun don fabuleux à l’horizon, je ne suis pas « Rain man » ou un truc dans le genre.

Pas pratique donc, parce que le mode d’emploi de cette chose encombrante, il est d’abord personnel. Je ne l’avais pas avant de le découvrir par mes propres moyens. Cela a pris énormément de temps.

Oui, l’expérience vécue est toujours une bonne école de la vie. Mon père disait cela pour les voyages, c’est pareil.

 

Revenons à nos moutons, enfin, plutôt à nos niveaux de lecture. Nous en avons donc plusieurs. Il faudra vous y faire. Qui sait, cela pourrait peut-être même vous plaire…

Voici un petit mode d’emploi pour prendre la bonne décision : me lire ou pas…

Je vais faire plaisir à un de mes proches, il aime bien qu’on lui explique les tenants et aboutissants avant de se décider à prendre une décision bigrement importante. Par exemple concernant son temps, qu’il considère comme précieux. Il a d’ailleurs complètement raison sur ce coup.

 

Une petite dédicace à mon précieux ami, Mr E.

Hors donc, mode d’emploi et niveaux :

 

1. C’est une histoire vraie

Oui, je reconnais que je suis un peu fêlée, peut-être pas qu’un peu d’ailleurs. J’envoie des textes sur Twitter à un homme que je ne connais pas. Jeune, beau comme un dieu, musicien, qui vit aux USA, la plupart du temps. Je ne sais pas s‘il me lit ou pas, et cela n’a pas forcément de l’importance en fin de compte. Je l’appelle Mr B.

Pour faire simple, il est devenu ma Muse, ce qui, vous en conviendrez, est très, mais alors très utile à toute personne qui n’a rien à dire et/ou à écrire…

Je suis une sorte de Shéhérazade qui raconte une histoire chaque jour pour tenir en haleine un «hypothétique » homme de sa vie, qui elle espère, lui déclarera sa flamme un jour.

Non mais, je vous jure, qu’est-ce qu’il ne faut pas lire.

Bref, vous suivrez mes progrès en live, si je puis dire…

 

2. L’histoire dans l’histoire

Cet hôtel luxueux, cet homme qui se déshabille devant la femme qu’il aime depuis la Nuit des Temps et qu’il vient de retrouver, ça c’est l’histoire.

Oui, oui, je vais y revenir… Un peu de patience, que diable. Tout le propos ne se situe pas là…

 

3. Je vous parle

Commençons par instaurer le dialogue. Je vous parle dans mon récit. Oui, vous !

Là, derrière vos lunettes (enfin pour ceux qui en ont), le Lecteur ou la Lectrice avec un grand L.

Vous n’allez quand même pas croire que vous n’allez que lire, nom de Zeus ! Flemmards !

Vraiment, vous avez cru que cela se passerait ainsi ?

Juste lire et émettre un jugement type :voui, bon, bof, peut mieux faire, me suis emmerdé, ne sait pas écrire, c’est pire que 50 nuances… etc.

Il est possible que là, j’en perde déjà quelques-uns. Pas grave. On a les lecteurs qu’on mérite, il paraît…

 

4. Désir, érotisme, sexualité… et consorts

Enfonçons direct la grande porte déjà ouverte. Pour du sexe rapide, efficace et gratuit : « RedTube » ! C’est un bon site porno. Pour ceux qui veulent du 1er degré, allez-y, c’est pas mal, des vidéos par catégories. Là pour le coup, c’est extrêmement utile pour s’y retrouver.

Pour info, je suis sur Mac et n’ai jamais eu de virus. Bon plan donc.

Moi, j’aime bien « double pénétration » par exemple…

Et pour ceux qui en doutent encore, j’appelle un chat, un chat.

Un tuyau pour ceux qui ne veulent pas perdre leur temps. Je coche là-aussi, ça c’est fait.

Bref, je m’égare. Dans mon récit, je veux vivre par l’écriture tout ce qui me passe par la tête. Aucune restriction, aucune j’ai dit. Je n’aime pas les cases, ni les catégories, ni les limites, vous avez compris le principe… Rebelle un jour, rebelle toujours…

Bon, sur webstory, j’ai mis « érotique »… Fallait mettre quelque chose, ça ira pour l’instant.…

Work in progress…

 

5. Développement personnel, coaching… et autres consorts

Pour les Messieurs, les Perles et les autres, vous ressortirez de mon récit, peut-être un peu plus avertis sur « le Désir » … sexuel, créatif et son fonctionnement.Encore que, désolée, je ne peux rien garantir. Vous ne comprendrez, que ce que votre niveau de conscience vous permet d’aborder, hélas…

Répétez après moi, si, si, c’est important d’intégrer cette notion :« Vous ne comprendrez que ce que votre niveau actuel de conscience vous permet d’aborder»

Oui, je sais, le mot niveau commence à vous faire grincer les dents… Essentiel pourtant.

Pour les Dames, Mes Merveilleuses, vous rigolerez, rêverez ou autre chose, comme vous voulez.

Je le dis haut et fort: je n’ai pas la science infuse. Si j’ai l’audace d’écrire, ce n’est pas parce que je sais tout, mais parce que j’ai un certain nombre de conneries expérimentées sur le sujet.

Un nombre certain même…

Je n’ai pas beaucoup voyagé, ni beaucoup étudié. Mais il se trouve que dans ma vie privée, j’ai beaucoup lu et baisé, avec amour et sans, avec conscience et sans, etc.

J’en ai tiré de l’expérience, enfin je crois… et des infos possiblement utiles à transmettre.

Et je dois vous le dire, vous aussi, vous ne comprendrez que ce que votre niveau actuel de conscience vous permet d’aborder. Re-hélas…

Je l’ai écrit plusieurs fois, en psychologie « Marie-Claire », on répète, parce que si consciemment ça ne rentre pas, inconsciemment votre cerveau, lui, a compris et ça va aider grandement pour la suite.

Il y a des chances qu’il se remette à bosser un peu, votre cerveau, pas l’homme…

Voilà pour l’instant, les divers niveaux qui se superposeront tout au long du parcours.

Possible que j’en introduise des supplémentaires. Contrairement à d’autres écrivains, je ne connais pas la fin de mon histoire et n’ai pas de plan d’écriture, je ” suis”  le flow comme un surfeur…

Je vais préciser une dernière chose, je me fous que cela ne soit pas parfait, c’est réel et c’est là justement, que se trouve tout l’intérêt de ma prose.

Précision importante que j’écris uniquement pour moi, pour m’en souvenir et me relire, autant de fois qu’il le faudra, quand mes Démons vont revenir m’emmerder… Matrice, quand tu nous tiens…

Bon, c’est tout pour aujourd’hui, on a bien avancé, non?

 

A suivre…

 

 

Chapitre 3 La descente aux enfers…

 

Elle est arrivée, je l’ai sentie venir et j’ai fait comme si de rien n’était. Bien sûr, ça n’a pas marché.

Nous avons tous un côté secret. Une partie de nous que nous ne montrons pas, que nous ne voulons pas montrer. Je ne fais pas exception.

C’est comme le couloir de l’Architecte dans Matrix : vous avez un nombre incalculable de portes dans ce couloir. Derrière chacune d’elles se trouve une part de vous. Enfin, c’est comme ça que je le vois.

Derrière celle d‘aujourd’hui, il n’y a qu’un grand trou noir. J’essaie toujours de l’éviter et pourtant, malgré mes efforts, je tombe dedans en hurlant.

Pour ceux qui suivent, il ne s’agit pas de dépression ou de burn-out, il s’agit des choses de la vie.

Il y a des moments où plus ne fonctionne. Plus de repères. J’aimerais en parler avec des mots qui ne font pas peur, cela ne m’est pas possible.

En vieillissant, nous ouvrons cette porte de plus en plus souvent, parfois plusieurs heures, quelques jours ou quand cela ne va vraiment pas, plus longtemps encore.

Je vais raconter ce qu’il se passe à l’intérieur de moi. Plus exactement, je vais essayer de l’exprimer avec des mots. Quand je ne suis pas alignée, droite dans mes bottes, ce qui heureusement est le cas, la plupart du temps, disons 80% du temps. Je regarde les choses sous un angle assez noir.

 

La question perpétuelle : pourquoi j’ai fait tout ça, si c’est pour en arriver là ?

Putain, quand est-ce que j’ai merdé ? quand ai-je dévié de la route ?

Et celle qui me permet de trouver l’échelle pour sortir du trou :

Et maintenant, je fais quoi ?

 

Quand je suis au fond de mon trou noir. Il arrive que ce soit simplement parce que j’ai sous-estimé mon niveau de fatigue. Du coup, une douche, de la nourriture correcte et du repos pendant 1 à 2 jours peuvent me remettre d’aplomb.

Plus je vieillis, plus je me rends compte que j’ai encore des progrès à faire dans la façon dont je prends soin de moi. Parfois, je suis lamentable. Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir  continuer sans écouter ce que me dit mon corps. Ce 20% dans lequel, je suis à côté de la plaque est exténuant. J’essaie de voir des amis proches, des HP il vaut mieux, parce qu’ils savent ce que je traverse ou plutôt “comment…” je le traverse.  La compassion et la douceur, à l’égard de nous-mêmes, aident.

En général, je n’emmerde personne avec mes histoires, je me les garde.  De toute façon, tu es toujours seul face à toi-même, autant l’intégrer. Là, écrire, parfois m’est possible. Alors, je note tout ce que je ressens, pense, etc. Je vide l’espace rempli de tout ce noir dense et collant.

Quand le temps a passé, quand je trouve enfin la réponse à la question : et maintenant, je fais quoi ?

Je peux retourner à ma vie normale…

Aujourd’hui, je ne sais pas encore, peut-être demain…

 

 

Chapitre 4 – Suite et fin

 

Reprenons. Décor. La nuit. Une suite d’hôtel de luxe. Un salon dans la pénombre. Une seule lampe allumée. Un lit king size. De grands oreillers épars, des draps blancs un peu froissés. Des vêtements posés sur une chaise. La porte de la salle de bain entrouverte…

 

19 mars 2019

Dehors, un passant se dépêche de rentrer chez lui, sous la pluie. Paris, glaciale. La Place Vendôme, déserte. J’aime l’idée que je m’éveille à nouveau à la Vie, alors que toute la ville dort…

 

20 mars 2019

Je t’avais laissé de dos… Les deux faces de Janus…. Tes fesses splendides, rebondies, me donnent envie de les mordre, méchamment. Sur ton dos, un phénix flamboyant se déploie, sa queue enlacée par un serpent, descend le long de ta cuisse…

 

21 mars 2019

Tu es nu. J’aime ce que je regarde. Je savoure cette vision. Je te veux, mais d’abord, je veux tout voir comme si c’était la première fois. Te réapprendre, te toucher, ton corps, ta peau, tes courbes, tes frémissements, tes soupirs…

 

22 mars 2019

De face, ta queue est dressée, fière. Elle n’attend que ma bouche, pour lui rendre hommage. Une goutte pointe et je dois me retenir pour ne pas me jeter sur toi. Oui, je suis parfois une vraie brute, cruelle, odieuse, quand l’envie me terrasse…

 

23 mars 2019

Dans mes yeux, tu reconnais l’ordre que je ne prononce jamais. Tu baisses les yeux, puis tu t’agenouilles. Il y a si longtemps que tu ne l’as pas fait, c’est puissant, hypnotique. Tu t’offres complètement. Tu es à moi…

 

24 mars 2019

J’avance de quelques pas. Te voilà à mes pieds, je pose ma main sur tes cheveux, les caresse doucement. Comme autrefois, notre rituel est immuable, le désir toujours violent. Par mon geste, tu sais ce que j’attends de toi…

 

25 mars 2019

Tu fais glisser ma jupe le long de mes jambes, comme une caresse. Ensuite, ma culotte de soie noire suit le même chemin. Tu me laisses mon porte-jarretelle, mes bas et mes talons hauts. Maintenant, c’est à moi d’attendre…

 

26 mars 2019

Mon sexe s’entrouvre devant tes lèvres. Je me suis préparée pour toi. Lisse, douce comme du velours, je suis prête pour ta langue impatiente. Pourtant, tu prends ton temps, tu sais comment me plaire. Cela ne fait que commencer…

 

27 mars 2019

Tu caches ton visage dans mes cuisses. Je deviens brûlante. Ta langue parcourt ma peau, tu me baises avec ta bouche. Debout, les yeux fermés, je me balance doucement, d’avant en arrière, j’accompagne tes lèvres qui me goûtent…

 

28 mars 2019

Chaque fois que j’arrive au bord du précipice, tu t’arrêtes et tu attends. Tu sais que mon orgasme n’en sera plus dévastateur. Je perds la notion du temps. Tu veux me remplir, ta bouche, ta langue, tes doigts, me fouillent et l’euphorie monte encore, jusqu’à me foudroyer…

 

29 mars 2019

Je prends mon plaisir longtemps, tellement violemment, que je chancelle et tombe à genoux. Haletante et frissonnante, tu m’étreins. Merveilleuse volupté. Comme c’est bon d’être à nouveau dans tes bras. Avec tendresse, tu me couches sur l’épaisse moquette…

 

30 mars 2019

Tu m’embrasses et je reconnais ma propre saveur. Nous restons là, enlacés dans la nuit. Me faire jouir, t’as fait de l’effet. J’aime sentir ton désir. Tu es dur et exigeant contre mes cuisses, que je garde fermées. Le moment pour toi n’est pas encore venu…

 

31 mars 2019

Je décide de  m’amuser un peu avec toi, avant de te laisser prendre ton plaisir. D’un regard, tu comprends et tu te relèves. Tu m’aides et nous voilà debout. Face à face, comme deux adversaires.

De la main droite, rudement, je prends ton membre durci…

 

29 juin 2019

La réalité… Avril, mai et juin 2019, l’histoire est en arrêt… Il faudra vous en contenter…

 

La relation entre cet homme et cette femme existe dans un autre temps, dans un autre lieu.

Peut-être se poursuivra-t-elle? peut-être pas?

Je suis une femme compliquée…

 

Dans cette autre réalité, cet artiste torturé et charismatique se trouve à Paris, là en ce moment.

 

FIN

Commentaires (5)

Mrs Mayfair
24.06.2020

Merci beaucoup, cela me fait plaisir que mon texte vous plaise. Je dois cependant avouer que je n'ai pas la moindre idée de ce qu'est un build-up? et s'il est parfait, c'est un hasard total...

Alice Leloup
23.06.2020

Concept génial, le séquençage en "build-up" parfait, super texte.

Mrs Mayfair
30.03.2020

'Merci beaucoup Mouche, c'est encourageant!!'

Mouche
30.03.2020

'WOW ! Merci Mrs Mayfair pour ce texte magnifique !'

We

Webstory
29.06.2019

'L'érotisme en messages de 140 caractères. Une façon très originale de suivre cette relation érotique, à coups de tweets. Chapeau Mrs Mayfair!
'

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus