a a a

© 2020-2022 Starben CASE

Mon dernier rendez-vous sur l'agenda date du vendredi 13 mars 2020. Depuis je découvre la légèreté de ma vie dans une bulle hors du temps. Comme à la plupart des êtres humains. Crise maudite ou prophétique, cette période nous offre un espace de respiration inédit. Ne passez pas à côté de la beauté collatérale.
Reprendre la lecture

Aujourd’hui, rien à signaler. Le trafic est fluide aux heures de pointe. Aucun nuage à l’horizon. Un ciel pur de toute trace humaine. Une terre qui respire. L’ironie de l’histoire est que la nature nous offre un air translucide alors qu’un virus s’attaquent à nos fonctions respiratoires. Certains sont privés du goût et de l’odorat comme pour nous rappeler de prendre le temps de vivre. Il fallait y penser. Pourquoi ne pas instaurer un mois par année sans trafic polluants pour faire baisser la pollution ? Une méthode bien plus efficace que tous les décrets, les taxes, les amendes et les autocollants antipollution.

 

Mon agenda est vide, superbement vide. Comme la rue, la route principale, le lac. Le silence s’insinue dans tous les recoins puis s’envahit de chants d’oiseaux. A force de les entendre s’accoupler, le message du printemps passe mieux que d’habitude.

Des familles se détendent dans le parc, toutes rassemblées autour de leurs enfants qui courent et rient. Certains enfants construisent des cabanes dans la forêt, délaissant leurs écrans pour explorer d’autres pistes. Certains jours, de délicieuses odeurs de repas familiaux sortent des foyers. Un retour à l’enfance nous surprend.

 

Mes voisins jouent de la musique et chaque soir à 21:00, nous avons tous rendez-vous sur le balcon pour chahuter, hurler, siffler et applaudir ceux qui soignent, qui nettoient, toutes ces équipes qui font des miracles. Le télétravail prouve à chacun qu’il est parfois inutile de perdre chaque jour de précieuses heures dans les bouchons. Du temps que les enfants retrouvent avec leurs parents.

 

Il y aura un avant et un après. Tout ça grâce ou à cause d’un être invisible qui nous a choisi comme vecteur. Une chance à saisir pour changer de cap. Trop tard… inutile… Vraiment ?

 

Cette nuit, rendez-vous avec les étoiles qui brillent plus que jamais. Surtout Vénus qui nous rappelle un lien d’amour trop longtemps délaissé.

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus