Créé le: 27.03.2022
52 0 4
Adèle

A suivre..., Atelier 22

a a a

© 2022-2024 SILA

© 2022-2024 SILA

Qu’il fait noir ici; et ça pique ! Il y a comme une odeur ...
Reprendre la lecture

 

Lorsqu’elle se dirige vers cette chapelle aux allures austères, ses jambes semblent en mode automatique. Elle n’est pas belle dans ce rôle et l’ambiance qui pèse sur elle semble si lourde, que je ne suis pas sûre de pouvoir respirer.
Elle s’avance et elle entre. Devant elle, un bloc sombre orne la pièce de cette chapelle. Vêtue de noir, elle s’approche; elle ouvre et observe statique. Devant elle, la scène semble irréelle et elle veut y croire. Elle reste figée devant ce bloc de chêne et elle la regarde. Ses mains sont humides, son regard est vide, mais elle se tient fièrement devant son cauchemar. Aucun mot ne sort de sa bouche, aucune larme ne coule sur ses joues. La seule chose qui bouge dans cette pièce c’est l’odeur. L’odeur de ces fleurs l’étouffe! Elle déplore la fonction qu’elles ont de nous faire croire que la mort peut être belle. Que c’est ridicule de mettre de si jolies petites fleurs sans défense autour d’un corps si … Elle arrête de penser : si quoi ? Elle revient à elle et stoppe toutes émotions pouvant qualifier ce moment.
Finalement, d’un geste presque défini, elle pose sa main sur ce visage froid qu’elle ne reconnaît plus. Elle refuse d’accepter ce gris, ce froid, ce vide… Ce cauchemar n’est pas réel, même dans ses nuits elle le repousse.
Moi, je peux la voir, mais je ne dis rien. Les heures passent et l’horloge a déjà sonné plusieurs fois; pourtant, elle ne bouge pas. Fière et froide, sa présence dans la chapelle est plus pesante que le corps qui sommeille dans le cercueil d’Adèle.
Ce soir-là, elle ne sortira pas de la chapelle. Elle enjambe le cercueil d’Adèle et s’endort…

Commentaires (0)

Cette histoire ne comporte aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire