2014 Témoignage de Jean Cérien – 3e prix

Était-ce une vieille tante qui voulait se faire entendre? La voix d’un enfant devenu adulte? Pourtant, j’avais posé ma plume depuis bien longtemps, ne sachant plus écrire, perdu entre le papier et le clavier. Qui était ce fantôme du siècle virtuel qui m’avait poussé dans cette toile d’araignée? Pour tant d’étoiles sur cette toile, tant d’étoiles où se poser comme un prince, trouver sa rose, son renard et son serpent ressemble plus à une toile de Bruegel l’ancien qu’au conte d’un aviateur perdu dans un désert. Perdu dans un désert, sur internet? C’est facile, il y a si peu de toit où l’on peut mettre du soi sur cette toile, si peu de danseuses de poèmes en étoiles parmi tant de stars de pellicule, d’image ou de son. Si peu de Webstory pour tant de magasin de magasine sans mage aucun. De son ego, de son image, de ses pellicules qui passent et tombent dans le passé réel et sans retour, il n’en était pas question, dans ces lectures si justes, si vivantes et si évidentes que nul n’avait l’impression que les histoires étaient lues, qu’une lectrice s’était assise entre nous et les textes entoilés, imagés, peints à merveille. Les petites merveilles de la soirée, dégustées, des sourires aux mains échangées, des regards aux émotions panachées, comme des veilleuses dans une nuit hantée par les toiles passées d’un lieu plein d’histoire. D’histoire de toiles tissées et pénélopisées? Une vieille tante? Non, ni vieille, ni fantomatique, mais riche de vie et de générosité, qui en créant cet outil merveilleux a mis entre mes mains une plume plus légère que celle des cygnes et plus pleine que celle des signes; une nouvelle tante dans ma famille virtuelle que mon âme remercie du fond du cœur. Ce qu’elle offre, ce n’est pas rien!

© Jean Cérien – 3e prix concours Webstory 2014 – LA BIBLIOTHEQUE VIRTUELLE

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus