Créé le: 23.02.2021
36 1
Un nouveau jour se lève

Roman, Science fiction

a a a

© 2021 Lionel Tardy

Chapitre 1

1

Au cours du XXIe siècle, une apocalypse climatique ravagea la terre. La Troisième Guerre mondiale éclata et l’humanité frôla l’extinction. Dans l’archipel nippon, les rescapés de Tōkyō fondèrent le « Nouvel Empire du Japon », une nation prospère où la civilisation renaquit de ses cendres.
Reprendre la lecture

Un carillon résonna quand la petite fille poussa la porte du magasin. Elle essuya méticuleusement ses pieds trempés par la pluie sur le paillasson et pénétra dans la boutique.

— Bienvenue, Shina-chan [1], lança l’homme derrière le comptoir d’un ton chaleureux.

La jeune Shina Okabe leva les yeux vers le marchand et lui adressa un sourire timide alors qu’elle s’avançait à l’intérieur. Chez Kinzo Wada, du nom de son propriétaire, ressemblait à une véritable caverne d’Ali Baba. Quelques ampoules pendues au plafond éclairaient avec peine la pièce remplie d’étagères pleines à craquer, chargées de vivres, d’outils, d’habits et autres objets nécessaires à la vie courante. Une odeur complexe, mélange de nourriture fraîche, de carton et de bois titillait le nez de la clientèle. L’endroit dégageait une ambiance chaleureuse.

— Comment puis-je te servir aujourd’hui ? demanda-t-il, rendant son sourire amical à Shina.

La fillette aux longs cheveux noirs noués en chignon avait dans les neuf ou dix ans. Elle portait un yukata de coton coloré aux motifs simples. Elle traversa la pièce d’un pas timide, un papier serré dans la main, puis se hissa face au comptoir sur la pointe des pieds, déplia la feuille et la tendit à Kinzo.

— Papa m’envoie faire des courses ! On a besoin de matériel pour l’onsen [2], répondit-elle, sérieuse.

Kinzo saisit la liste, ajusta ses lunettes et l’étudia d’un air grave, les yeux plissés, avant de sourire à nouveau.

— Laisse-moi une minute, Shina-chan, je te prépare tout ça. Tu peux aller prendre les spatules et les brosses à cheveux, elles sont sur la deuxième étagère à droite de l’entrée. Je vais aller récupérer le reste dans la réserve.

La fillette acquiesça et partit chercher les objets. En attendant le retour de Kinzo, elle en profita pour déambuler dans les allées. Elle adorait venir à la boutique et contempler les improbables babioles qui garnissaient les rayonnages. Wada était l’unique marchand du village et il fournissait à la population tous les biens que la communauté ne pouvait produire elle-même. Shina s’arrêta un instant devant une vitrine en verre. Elle renfermait une série de montres-bracelets à écran digital, de petits bijoux technologiques, hors de prix, fabriqués à Shinkyō.

Son esprit s’égara à la pensée de la capitale du Nouvel Empire du Japon et ses merveilles. La ville immense occupait le cratère de l’ancien volcan Hakone, non loin des ruines de Tōkyō. Refuge des rescapés du cataclysme climatique qui avait ravagé le monde jadis, elle était devenue le centre névralgique du pays. La petite fille ne désirait qu’une chose : quitter son village et aller vivre là-bas, mais pour cela elle devrait grandir encore un peu.

Le grincement du vieux plancher la tira de sa rêverie. Kinzo était revenu, les bras chargés de deux cartons qu’il déposa sur le comptoir.

— Et voilà les savons, s’exclama-t-il satisfait.

L’homme mit les mains sur ses hanches et étira son dos en grognant. Il n’était plus tout jeune et son corps n’avait de cesse de lui rappeler sa cinquantaine bien entamée.

— Par contre, poursuivit-il, je n’ai plus de tissu éponge pour confectionner des linges. Il faudra patienter un peu. Tu expliqueras ça à tes parents ?

— Est-ce que vous en aurez bientôt ? s’enquit la petite fille en hochant la tête.

Le marchand se gratta le crâne en regardant le calendrier accroché derrière le comptoir. L’objet, dessiné à la main sur une grande feuille de papier cartonné, était décoré avec soin. Une réglette amovible pointait la date du mardi 3 juin 2127.

— Un convoi militaire en provenance de l’Empire devrait arriver d’ici deux jours, probablement le cinq. Il y a sûrement un marchand qui les accompagne. Ils sont toujours heureux de voyager sous la protection des soldats. Avec un peu de chance, il aura le tissu dont tu as besoin. Et si ce n’est pas le cas, je lui demanderai de faire passer le mot.

La petite fille afficha une mine radieuse. Des étrangers arrivaient ! Elle adorait lorsque des caravanes venues de l’Empire s’arrêtaient pour réapprovisionner le village. L’occasion pour elle d’écouter les récits trépidants de la vie à la capitale.

— D’accord, répondit-elle tout en fouillant dans sa bourse en cuir brun.

Elle sortit quelques pièces et les posa une à une sur l’étal en comptant à voix basse.

— Voilà vingt-cinq yens. C’est juste, puisqu’il n’y a pas le tissu ? demanda-t-elle, satisfaite de son calcul.

— C’est tout bon, s’exclama Kinzo après avoir vérifié la somme. Je vais porter les deux cartons de savons sur ta charrette. Pendant ce temps prends un daifuku [3], ils sont tout frais de ce matin.

 

Shina dégusta sa sucrerie à l’abri de l’averse sous l’avant-toit du magasin. Savourant la pâte de riz fourrée aux haricots rouges, elle essuya distraitement ses doigts collants à l’arrière de son yukata et grimaça en imaginant la réaction de ses parents s’ils l’avaient vue faire.

Une fois son goûter terminé, elle s’agenouilla à côté de la charrette en bois où Kinzo avait entassé ses achats. Elle ajusta la bâche avec soin pour protéger le contenu de la pluie. Puis elle remonta le bas de son vêtement, prit le parapluie qu’elle avait déposé contre le mur de la boutique et partit en direction de chez elle.

Le magasin de Kinzo se situait au nord du village sur le chemin qui menait à la grande route. Heureusement, les rues étaient pavées, sans quoi tirer sa charrette aurait été impossible tant les averses incessantes avaient rendu le sol boueux.

Uchiyama était une bourgade de deux-cent-cinquante habitants, bâtie en plein cœur des Alpes japonaises. Nichée autour d’un lac, dans une clairière à l’est de la vallée où coulait la rivière Hime, elle se trouvait en retrait de la plaine. Un ruisseau alimentant quelques hectares de rizières traversait le village. Non loin des décombres de Hakuba, les paysans cultivaient des champs de soja ou élevaient du bétail. Des bâtiments en bois à l’architecture traditionnelle côtoyaient des constructions plus rudimentaires, faites de tôles ou de matériaux récupérés dans les ruines voisines. Une haute barrière flanquée de quelques postes de garde protégeait l’endroit. Si les abords du village étaient sûrs, il en allait autrement quand on s’aventurait dans la forêt alentour.

À l’horizon 2040, une véritable apocalypse avait mis fin à la civilisation moderne. Des troubles climatiques sans précédent avaient bouleversé la société. Certaines parties du monde étaient devenues invivables, une longue période de guerre s’était ensuivie et l’humanité avait frôlé la disparition. Après la destruction du Japon en 2053, le modeste temple shintō bâti dans le vallon avait servi de refuge aux rescapés des environs. Au fil des années, d’autres survivants étaient venus s’établir aux abords du sanctuaire et la communauté avait grandi pour se transformer en un site notable de la région. Les marchands ambulants en avaient fait un point de passage régulier puis les abris de fortune avaient laissé la place à des édifices en pierre et en bois. Une structure politique avait fini par émerger et le village avait officiellement été fondé en 2076. En vingt ans, la petite bourgade était parvenue à se développer malgré son éloignement avec le Nouvel Empire du Japon. Sa taille modeste et l’absence de richesses particulières lui avaient permis de ne guère susciter l’intérêt des pillards. En avril 2114, l’arrivée des émissaires et ingénieurs de l’Armée Impériale avait radicalement changé la donne.

Le Nouvel Empire du Japon, pour peu que le terme « empire » puisse s’appliquer à une région d’à peine neuf mille kilomètres carrés comptant trois millions de citoyens, était une nation prospère située à l’ouest des ruines de Tōkyō. Fondée après la guerre par les rescapés de la mégapole, elle s’était épanouie grâce à la ténacité de ses habitants et leur volonté sans faille d’améliorer leur quotidien. Au début du XXIIe siècle, l’Empire, qui avait rétabli une base technologique sérieuse, avait décidé de lancer le projet JLPS. Un système de géolocalisation par ondes radio destiné à remplacer les dispositifs satellites disparus à la suite du cataclysme, pour faciliter l’exploration des terres désertées. Sa réalisation avait demandé la mise en place d’immenses antennes à travers l’archipel et l’armée avait choisi d’en installer une au mont Shiro’uma, non loin du village.

L’édification du complexe du mont Shiro’uma avait occupé de nombreux soldats et ingénieurs durant deux ans. Uchiyama leur avait servi de base d’opérations et leur présence avait amorcé le développement fulgurant de la communauté. Les militaires avaient supervisé la formation d’une milice citoyenne, les habitations avaient été raccordées à l’usine hydroélectrique construite pour alimenter l’émetteur, on avait inauguré une école et un médecin avait ouvert un dispensaire. En quelques années, les conditions de vie s’étaient améliorées de façon significative, la population avait doublé et la bourgade était devenue un centre régional important. La proximité de la base B5 et la présence fréquente de soldats impériaux assuraient de manière indirecte la protection de l’endroit. Sans bénéficier du niveau de développement des cités de l’Empire, Uchiyama connaissait une situation nettement plus favorable que les autres communautés autonomes.

La petite Shina tirait sa charrette sur les pavés mouillés de la grande place. En cette fin d’après-midi pluvieuse, rares étaient ceux qui s’y attardaient. Au sud, elle aurait pu remarquer le toit de la maison familiale, mais ce fut la lumière des néons décorant l’auberge qui attira son regard. Les couleurs vives des enseignes contrastaient avec la grisaille ambiante, invitant le voyageur las à venir se reposer un instant autour d’une tasse de thé. Sous le porche, deux soldats discutaient, une cigarette à la main.

— Hello, Shina-chan, lança l’un d’eux en l’apercevant.

La petite fille bifurqua en direction des militaires, un large sourire sur le visage. Elle ignorait que la sergente Ogawa et le technicien Kondo séjournaient en ville. Il n’était pas rare que les hommes et les femmes en poste au mont Shiro’uma viennent y passer leurs jours de permission. Même si le trajet depuis la base prenait plusieurs heures, ils préféraient changer d’air et profiter des distractions offertes par la bourgade. D’autant plus qu’il n’y avait aucune autre localité dans un rayon de cinquante kilomètres. Shina s’était liée d’amitié avec la sergente depuis son arrivée et ne ratait jamais une occasion de lui parler. La plupart des soldats affichaient une attitude indifférente envers les enfants du village, mais pas Ogawa. Mère de deux garçons vivant à Shinkyō, elle aimait passer du temps avec les gamins du coin.

— Bonjour, Ogawa-gunsō [4], répondit timidement Shina. Wada-san [5] m’a dit que des soldats arriveraient bientôt, c’est vrai ?

Ogawa lui sourit en retour. Elle portait la tenue classique des militaires impériaux : une paire de bottes montantes, un pantalon gris foncé et un pull kaki surmonté d’une veste en cuir, elle aussi gris foncé. Un béret noir frappé de l’écusson des forces spéciales coiffait ses cheveux coupés court. Quelque chose de rassurant se dégageait d’elle. Elle ne semblait pas faire partie de ces soldats qui ne se soucient que de leur mission au détriment de tout le reste.

— Ouais, c’est tout juste. Vendredi en principe. Ils viennent pour relever une partie d’entre nous, ajouta-t-elle.

Shina fronça les sourcils, préoccupée à l’idée que son amie retourne bientôt dans l’Empire. Voyant sa réaction, la sergente arbora une expression réconfortante.

— Ne t’inquiète pas Shina-chan, je serai encore quelque temps ici. Probablement jusqu’à la fin de l’été.

Une ombre passa dans ses yeux. Ogawa était en poste dans la région depuis le début du printemps, quand la fonte des neiges avait rendu les routes de nouveau praticables. Les séjours à la base B5 duraient entre deux et trois mois, mais selon les aléas de la planification, certains y restaient plus longtemps. Elle ne verrait pas sa famille avant de nombreuses semaines.

— On aura encore l’occasion de se croiser. D’ailleurs, je passerai à l’onsen tout à l’heure. On pourra pratiquer l’escrime un moment, conclut-elle en lui ébouriffant les cheveux.

Un large sourire traversa le visage de Shina. Elle se réjouissait de la séance d’entraînement en perspective. Sous ses airs timides et réservés, la fillette possédait un caractère aventureux. Elle adorait s’éclipser dans les forêts alentour avec son frère Jirō et emportait toujours un sabre lors de ses escapades. Elle se débrouillait bien en escrime et aimait s’exercer avec la sergente Ogawa dont le niveau dépassait de loin celui des combattants du village.

— Trop bien ! À tout à l’heure, Ogawa-san, s’écria-t-elle avant de reprendre son chemin.

Sans sa charrette, Shina aurait emprunté le sentier longeant la rivière au sud de la place, mais le terrain boueux l’obligea à prendre un détour pour rester sur les rues pavées.

La famille Okabe vivait à Uchiyama depuis trois générations. Elle faisait partie des premières à s’être installées dans le vallon. Après la guerre, ses arrière-grands-parents, nés dans la région de Kanazawa, avaient passé plusieurs années à parcourir le Japon, allant de communauté en communauté. À l’arrivée de leur premier enfant, ils avaient cherché un endroit où s’établir. Le temple d’Uchiyama était un lieu sûr et le village en plein essor accueillait volontiers de nouveaux bras. La bourgade était devenue leur foyer et ils n’avaient jamais repris la route. Déterminés à améliorer le quotidien des habitants, ils avaient entrepris la construction d’un modeste sentō pour leur offrir de meilleures conditions d’hygiène. En échange de quelques piécettes, les gens pouvaient venir se laver et se détendre.

Au fil du temps, l’établissement avait grandi et s’était transformé en un lieu incontournable de la vie communautaire. Grâce au père de Shina, Arō Okabe, il était maintenant raccordé à une source chaude découverte dans les ruines d’un hôtel à une dizaine de kilomètres du village. Il avait entrepris la construction d’un aqueduc pour alimenter l’onsen puis modernisé les installations et créé deux bassins dans l’arrière-cour. Les baigneurs disposaient à présent d’un vaste espace arboré où se détendre dans une eau délicieusement chaude.

Rares étaient les habitants qui possédaient une salle de bain et de toute façon, l’onsen Okabe était bien plus agréable. L’établissement était ouvert toute la journée, mais la plupart des clients venaient en début de soirée, après leur travail. D’ici une petite heure, il serait complet.

 

Shina gravissait les derniers mètres du chemin montant à la maison familiale. Nichée en contrebas du mur de soutènement des rizières, au bord de la rivière, elle était entourée d’arbres conférant une ambiance calme et intime à l’onsen. Derrière la paroi qui protégeait les bassins des regards indiscrets, on apercevait des nuages de vapeur s’élever doucement au gré de la brise flottant dans l’air. La petite fille s’arrêta un instant et ferma les yeux, tentant de percevoir le bruit de la pluie qui troublait l’eau des bains. Mais elle se trouvait encore trop loin. Le grondement de la rivière, gonflée par les averses incessantes, couvrait tout.

Soudain, un rugissement guttural retentit à côté d’elle, à moins d’un mètre sur sa gauche. Elle ouvrit les paupières et poussa un cri de surprise, terrorisée par l’apparition. Le cœur battant la chamade, elle recula précipitamment, se prit les pieds dans sa charrette, chuta en arrière et se retrouva sur les fesses sur le chemin mouillé. Une créature bipède d’environ un mètre se tenait devant elle, gesticulant et grognant d’un air mauvais. Elle portait des habits sombres et un masque effrayant à l’effigie d’un oni, ces terribles démons qui hantaient les ruines de l’Ancien Monde.

Sa stupeur passée, Shina plissa les yeux et lança un regard haineux au petit être qui s’agitait en face d’elle. Elle se releva d’un mouvement leste, se saisit de son parapluie et franchit les quelques pas qui les séparaient. Arrivée à portée, elle exécuta une fente et le frappa à l’épaule avec son arme improvisée.

— Baka [6] ! T’es stupide, hurla-t-elle, furieuse. T’as pas le droit de faire ça exprès. Mon yukata est tout taché. Espèce de petit frère débile !

Le garçon retira son masque en riant à gorge déployée, guère gêné par le coup qu’il venait de recevoir. Jirō n’était pas très grand pour son âge, ni très costaud, mais il était vif et ses yeux malicieux brillaient d’intelligence et de curiosité. Avec ses cheveux noirs en bataille et son sourire désarmant, on lui aurait donné le bon Dieu sans confession.

— Je t’ai eue, je t’ai eue, piailla-t-il, fier.

Shina ne paraissait guère amusée par la blague. Depuis qu’il avait bricolé ce masque avec leur mère la semaine dernière, le petit diable l’avait déjà piégée deux fois. Et si les plaisanteries les plus courtes étaient les meilleures, le garçon semblait convaincu que celle-ci méritait d’être répétée. Elle fit la moue puis soupira en voyant son frère lui faire les yeux doux, un éclair de malice dans le regard.

— J’allais te raconter quelque chose que Wada-san m’a dit tout à l’heure, mais puisque c’est comme ça, je ne te dirai rien, cria-t-elle en lui tirant la langue.

— Ohhh, allez ! Dis-moi. C’était juste une blague, objecta-t-il en la suppliant de poursuivre.

— Si tu arrêtes de me faire cette farce idiote, je t’explique.

Elle fronça les sourcils et prit son air le plus sévère, les bras croisés sur la poitrine. Jirō lui lança un regard en coin, comme pour la défier, puis il finit par hocher la tête. Shina n’était pas sûre qu’il tiendrait parole, mais au fond, elle se réjouissait et avait hâte de partager la nouvelle avec lui.

— Des soldats de Shinkyō vont arriver d’ici quelques jours.

Lire le chapitre suivant

Commentaires (2)

Webstory
23.02.2021

Formidable l'idée d'ajouter les notes de bas de pages comme dernier chapitre et faire un lien direct pour y accéder. Les webwriters sont de plus en plus surprenants de créativité!

Lionel Tardy
03.03.2021

Puisque le développeur n’a pas jugé utile de mettre en place un système de note dans le texte, j’utilises ce qui existe de façon créative ;–)

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus