Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Asphodèle webwriter premium785 vues

Le clown qui me faisait rire à l’insu de son plein gré Créé le: 18.12.2016, édité le: 18.12.2016

Le réveil me cause depuis un quart d’heure déjà, signe qu’il est temps de se lever. Je saute dans mes habits et gagne le salon où je suis accueillie par des aboiements enjoués et des battements de queue frénétiques. Je profite un moment du bonjour enthousiaste de mes deux chiennes, caressant l’une et l’autre à tour de rôle, puis je les laisse sortir dans le jardin. Pendant qu’elles s’égayent dehors, je nettoie leurs gamelles avant de les remplir avec leur ration du matin.

Soudain, on sonne à la porte. J’ouvre et je tombe nez à nez avec un clown. Je n’ai aucune sympathie particulière pour les clowns. Il est même plutôt rare que je les trouve drôle. Mais ça ne m’empêche pas d’éprouver de la compassion pour ce qui va arriver, je lui demande, comme une mise en garde :
- Vous n’avez pas peur des chiens, j’espère ?
Il me dévisage bizarrement, comme s’il trouvait ma question saugrenue, presque autant que moi je trouve saugrenu le fait qu’il se trouve là, sur mon paillasson, de bon matin. Alors qu’il s’apprête à formuler une réponse, un bruit de cavalcade se fait entendre à l’angle de la terrasse. Le clown tourne la tête et devient livide en voyant débouler mes deux chiennes. Il faut préciser que ce n’est pas un clown blanc et que son teint soudain très pâle fait ressortir le rouge artificiel de son nez, de ses joues et de sa perruque frisée. Visiblement il a compris le sens de ma question maintenant. Et moi, rien qu’à le regarder, j’ai ma réponse : il a peur des chiens.
Le clown est au bord de l’évanouissement alors que mes deux toutous tournent autour de lui pour lui faire la fête. Et manifestement, à voir son expression, c’est bien sa fête !
Page 1 sur 2 1 commentaire 1 2
r