Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Victor Hublot714 vues

Créé le: 30.09.2016, édité le: 01.10.2016

Mario leva le nez, et regarda le numéro 255 sur la plaque de marbre au-dessus de la porte de l’hôtel particulier.
C’est bien là, se dit-il, en appuyant sur l’interphone à côté du nom de la femme qui l’avait appelé, un nom difficile à prononcer : Duquésnel-Charbonnières. A-t-on idée de s’appeler comme ça ?

Dans la cour intérieur était garée une magnifique Cadillac rutilante qui semblait sortir d’usine, bien qu’elle ait été fabriquée dans les années 50. Mario connaissait bien ce modèle et resta bien cinq bonnes minutes à la regarder avant de se rappeler qu’il était attendu par Madame Duqué-machin, comment elle s’appelait, déjà ?
C’est une femme élégante qui lui ouvrit en lui disant d’entrer.
-bonjour cher Monsieur, merci d’être venu, je vois que vous avez apprécié la Cadillac
- elle est magnifique, un jour je m’en achèterai une pareille, j’ai un copain qui travaille à la démolition et ….
- Je vois, mais dites-moi, si elle vous intéresse autant, peut-être pourrions-nous nous arranger
ah bon, elle est à vous ? Vous la vendez ?
- oui et non, en réalité, c’est celle de mon mari. Il l’a achetée un jour un peu sur un coup de tête et l’utilise très peu. Et moi, elle ne m’intéresse pas vraiment, trop difficile à parquer.
Page 1 sur 12 2 commentaires 1 2 3 ... 10 11 12
r