Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Suzy Dryden webwriter premium997 vues

Gymnopédies provençales Créé le: 28.09.2016, édité le: 11.12.2016

Suivre le soleil dans les oliviers n’est pas donné à tous. Les premiers rayons glissèrent le long du cyprès : signal du départ, de l’appel des hauteurs. Elle tendit l’oreille pour vérifier la qualité du silence, enfila un pantalon et ses espadrilles. La porte d’entrée grinça, elle caressa la clé enrouée avant de s’avancer sur la terrasse. Le figuier centenaire resta impassible sur son passage mais elle sentit sa chaleur enveloppante. Comme à chaque fois, au détour du bûcher, elle respira les préliminaires de sa liberté. Un mélange de thym, de romarin et de calcaire mouillé.

Chaque escapade commence par un arbre précis. Ce matin, elle se rend instinctivement vers le fauteuil. Recouvert de lierre grimpant, cet olivier se tient majestueux au dessus des restanques. Le
maître ici. Elle s’y trouve une place, les jambes dans le vide et attend, le cœur battant le premier signe. La première voix prend son temps, comme toujours.
- « Je cherche mon tabac anglais » répète t-il. L’homme est grand, légèrement vouté, les sourcils en bataille, la voix porte et résonne dans le tronc du fauteuil.
- « Détends-toi! - dit-elle - on n’a pas de temps à perdre. Ton Early Morning Pipe attendra. La note est plus aigüe, lancinante et siffle comme la tramontane. Elle retourne les feuilles de l’arbre,
l’argenté prend le dessus.
- “Il faut qu’on arrive à tout emballer et à la caser dans le coffre avant la nuit». Les deux voix s’éloignent en tandem. Pause dans l’arbre. Elle a le temps de s’adosser, de voir la mer au loin, le toit du mas qui crépite dans la matinale.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r