Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Arcofab38853 vues

Synesthésie Créé le: 25.09.2016, édité le: 25.09.2016

30 juin 1930, « Le Figaro », édition du soir, rubrique des faits divers.

« Un meurtrier chez la bignole !
Aujourd’hui, à 8 h 35, la police a reçu un appel éploré de Mme B., concierge à Paris, dans le Marais, Rue du Temple, n° 30. En rentrant de faire des commissions au marché, elle a découvert chez elle sa fille, Mlle Josiane B., 20 ans, morte étranglée ! Un homme se tenait, prostré, aux côtés de la malheureuse. Le suspect s’est laissé appréhender sans résistance par les policiers arrivés très vite sur le lieu du drame. Crime passionnel, crime crapuleux ? Nul, hormis le meurtrier, n’est pour l’instant en mesure de répondre à cette question… »

*

30 juin 1930, Paris, commissariat du 4e arrondissement, 21 h.

Deux policiers ont introduit l’homme dans le petit bureau des inspecteurs Bourbon et Chaumette. Il s’est assis, hébété, les yeux clos. Il marmonne. L’inspecteur Bourbon se penche vers lui et entend des paroles articulées mais dénuées de sens :
« Voilà c’est fait Jean est sauvé sans doute mais Anna et Georges vont-ils se rencontrer et s’ils se rencontrent pas moi je vis quand comment le 30 aide-moi le 30 oui je te vois tout va bien tu es doux le 30, doux et chaud et rond Jean va vivre et Anna sera contente tant pis pour la fille elle était belle
Page 1 sur 11 1 commentaire 1 2 3 ... 9 10 11
r