Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Jean-Jacques Charrière webwriter premium788 vues

Créé le: 20.09.2016, édité le: 20.09.2016


Je lâche mon arme qui tombe sur le sol de béton, sonnant le glas. Une mare rouge s’étend, presque à perte de vue. Il n’y a qu’autour de moi que le sang ne vient pas, comme apeuré. Il a raison. L’odeur du cuivre monte à mon nez. Il faut que je parte. Sans un regard, je me retourne et franchit la mer rouge, qui s’écarte sur mon chemin. Je sais que j’ai bien fait, mes mains tremblent d’excitation, j’ai la sensation de flotter.

- Qui a dit que la vengeance n’apportait rien ?

Ma propre voix me surprend. Je déglutis et continue mon chemin. Le silence est oppressant, mais disparaît à l’instant où je rejoins la rue. Le chahut de la ville m’accueille comme un vieil ami. Le ciel est noir d’encre, la lumière de la ville cache les étoiles. Je me suis vengé. Cette pensée qui ne faisait que m’effleurer m’apparait alors, traçant un sourire sur mon visage épuisé. Il était temps. Je suis comme dans un état second, mon esprit est clair, plus que jamais auparavant, mais j’ai la sensation que mon corps m’a abandonné. Un regard à gauche, un autre à droite, et je traverse la rue, laissant derrière moi l’entrepôt. C’est à peine si je me retourne en arrivant sur le trottoir en face, le bâtiment dégage une impression étonnante, quelque peu glauque, comme si le fait d’y avoir tuer quelqu’un l’ait soudainement donné un aspect peu avenant. Une sirène de police parvient à mes oreilles. Je suis tranquille. Je sais qu’ils ne viennent pas pour moi.
Page 1 sur 14 1 commentaire 1 2 3 ... 12 13 14
r