Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Daniel Bovigny webwriter premium1205 vues

Créé le: 24.07.2016, édité le: 27.07.2016

Lorsqu’elle sortit de chez elle, sur le coup de 8h30, Madeleine marqua un temps d’arrêt, éblouie par ce rayon de soleil qui la rendit toute guillerette, lui faisant oublier ses rhumatismes. Elle fit un rapide demi-tour, rouvrit la porte d’entrée de l’immeuble et déposa sa béquille dans le coin, près des boites aux lettres de cette ancienne demeure qu’elle habitait depuis près de 40 ans. Elle respira un bon coup, comme libérée, tapota sur sa hanche gauche pour la remettre en place et partit en boitillant le long de la Grand-Rue. Elle ne prit pas garde à l’homme qui l’observait, sur le trottoir d’en face, quelques pâtés de maisons plus bas.

Alfred Laviliers était arrivé la veille au soir dans le chef-lieu glânois. Il ne savait d’ailleurs pas que c’était un chef-lieu, ni même qu’il était en Glâne et s’en fichait, par ailleurs, éperdument… Tout ce qu’il savait, c’est qu’il avait dû descendre précipitamment du train pour éviter de se faire gauler par le contrôleur et que ça l’avait vachement énervé de devoir se contenter de cette petite ville sans vie, lui qui visait plutôt Berne ou Zurich, ayant déjà testé Genève quelques mois auparavant, sans grand succès et avec des conséquences, disons… fâcheuses, puisque ça l’avait amené une fois de plus tout droit en prison, sans passer par le Start !
Il avait passé la nuit en planque dans ce bled pourri, sur les échafaudages d’une maison en transformation juste en face de la banque, se réchauffant tant bien que mal derrière ces bâches qui le protégeaient plus de la vue des passants nocturnes que du froid encore bien piquant en ce début mars.
Page 1 sur 12 1 commentaire 1 2 3 ... 10 11 12
r