Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Daniel Bovigny webwriter premium1233 vues

Créé le: 19.06.2016, édité le: 30.04.2017

- Docteur, j’ai des pertes de mémoire… 
- Depuis quand ? 
- Depuis quand… quoi ? 
Ce petit événement, on le lui avait raconté, car il ne s’en souvenait plus. Comme il avait oublié aussi le nom de cette maladie que lui avait décelée le docteur… machin. Le nom de la maladie ? Pffff. C’était le nom du médecin allemand qui avait inventé cette saloperie : Aloïs… Aloïs… Altersheim ! Ou quelque chose comme ça… Comme il avait oublié également le nom de cette dame -mais était-ce toujours la même ? - qui venait chaque jour le trouver et lui tenir compagnie durant l’après-midi en lui racontant des histoires, des souvenirs qu’il n’avait plus, pour tenter de le maintenir encore un peu dans le moment présent et l’aider à se rappeler des belles choses. Mais, dans sa tête, tout se troublait, se mélangeait : c’était un menu à l’envers, composé de porridge à la mélasse avec une touche de chantilly. Son pauvre cerveau atrophié ressemblait à un juke-box qui aurait été branché par erreur sur la fonction mixer et dont les vinyles brisés auraient tous été recollés n’importe comment. Et ce professeur Tournedisque, comme le surnommaient les autres habitants de cette grande maison blanche, se croyait parfois encore au lycée, malgré son âge avancé, devant ses élèves du cours de littérature qu’il animait à l’époque avec enthousiasme. Il se levait alors au milieu des autres pensionnaires ébahis et des infirmières affolées, grimpait sur l’estrade -mais comme il n’y en avait pas, c’était sur la chaise ou la table- et déclamait dans une voix forte quelques vers, tout en massacrant au passage ceux, remplis d’eau, qui se trouvaient à proximité de ses pieds, ponctuant son discours de quelque extrait qu’il puisait selon la circonstance chez Molière, Racine ou Boileau.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r