Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Jacques Defondval webwriter premium1838 vues

364 livres Créé le: 02.12.2015, édité le: 22.12.2015

C’est mon ami et c’est mon maître
Je le vouvoie encore aujourd’hui
Et quand j’ai mal dedans mon être
Je passe une heure ou deux chez lui
L’air qu’on respire à sa fenêtre
C’est l’air le plus pur de Paris

Serge Lama

Je n’ai pas de souvenirs d’Armand dans une autre maison que celle-ci. Quand je l’ai ramené chez lui
il y a douze ans, nous n’étions, ni lui, ni moi, en bon état. Lui parce qu’il avait une pommette fendue
et qu’il était ivre à dix heures du matin, moi parce que j’étais en manque. Quand l’énergumène à qui il
avait piqué la placede parc avait commencé à le cogner à coups de pieds dans la tête, j’étais intervenu
sans réfléchir en disant :
— Tu crois pas que ça suffit ?
Il s’était retourné vers moi l’œil très mauvais. En levant les mains j’ai juste lâché:
— Ce n’est pas une bonne idée. N’en rajoute pas.
Et là, sans un mot, il a tourné les talons et est remonté dans sa voiture. Il y avait du monde qui passait
en s’écartant de nous comme si nous étions contagieux.
Page 1 sur 8 2 commentaires 1 2 3 ... 6 7 8
r