Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Pierre de lune webwriter premium2195 vues

Créé le: 22.09.2015, édité le: 22.09.2015

Je m’en vais vous conter l’histoire d’un explorateur… Imaginez-le plutôt jeune, du genre passionné. Archéologue féru de chantiers, d’engins perforateurs, d’outils de précision chirurgicale, Anatole Panais n’aime rien tant qu’ausculter la croûte terrestre. Echafauder mille hypothèses permettant de localiser telle ville antique, tel fragment d’os de l’époque pré paléolithique, telle tribu Aztèque ou Incas.
Anatole entre en fouilles comme on entre au couvent, tout son être est aspiré dans les failles mises à nu; on frôle la pâmoison à l’approche de l’éclat d’un tesson de bouteille, le syndrome bien connu de la «presque » découverte (brusque accélération cardiaque, pouls désaccordé, sudation exacerbée…). Il se murmure d’ailleurs à l’envi : « ce cher Anatole, il ne fera pas de vieux os » !
Qu’est-ce qui fait ainsi tanguer Anatole d’un site archéologique à l’autre ? On ne sait pas grand-chose de lui ; rien ne filtre concernant ses racines, ses marottes. Tout homme sensé cultive manifestement plus qu’une part d’ombre !
Harassé de fatigue, le soir, quand la nuit projette son ombre obsédante, Anatole rend les armes. Ce grand gaillard au regard doux s’est habitué à des conditions de vie nomades. Il replie ses membres télescopiques et s’endort sur place, dans sa caravane. Il rêve de fabuleuses découvertes. Le souci, c’est qu’il n’a encore jamais trouvé, sur aucun des sites autopsiés, d’objets ou de fossiles dignes de ce nom : en pleine Afrique subsaharienne, il a exhumé une dent de baleine ; au milieu d’un solennel temple Incas, des ossements épars de pachyderme ; bref, la joie de la trouvaille a toujours laissé place à une cuisante déception.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r