Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Betty J. Norman webwriter premium1711 vues

Créé le: 21.09.2015, édité le: 21.09.2015


Edgar revenait à Chamoiseau, la demeure familiale. Cela faisait au moins 20 ans qu’il n’y était pas revenu. Cette demeure avait toujours été pour lui celle de ses grands-parents, des mystères et des secrets familiaux enfouis. Elle le mettait mal à l’aise sans qu’il ne sache pourquoi. C’était une grande bâtisse carrée de trois étages avec une porte en son centre et des fenêtres de part et d’autre. Le jardin alentour était peu fourni. Un bois entourait la demeure et encerclait la pelouse au centre de laquelle la demeure était posée. La porte donnait sur un hall vaste et haut de plafond qui distribuait les pièces et donnait sur un escalier massif en bois. L’ensemble était assez austère et Edgar retrouvait ses sensations d’enfant à la vue de la demeure, un malaise indéfinissable. Il avançait sur le gravier, ses pas crissaient. Il n’y avait que la mort de son grand-père pour le faire revenir ici. Le vieil homme, à près de 100 ans, avait décidé que c’en était fini pour lui et qu’il était temps de quitter ce monde. Il s’était alors éteint dans son sommeil, tel qu’il l’avait décidé, par sa volonté, dure comme le fer. Il en était capable et l’avait fait. C’est ainsi qu’il avait toujours conduit sa vie et celle de sa famille, sans émotion, sans faiblesse, par la seule volonté et vue de l’esprit.

Son grand-père était arrivé enfant, fuyant avec ses parents le génocide arménien. Avec une valise pour tout bagage, quelques bijoux et une maîtrise parfaite de la langue française, la famille Sarkassian était arrivée à Marseille pour y recommencer leur vie, de façon contrainte et forcée. Le petit Lévon avait pris de plein fouet le désespoir de ses parents, la tristesse de sa mère, la douce Seda, et leur déchirement à quitter leur terre natale.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r