Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Ajana2001 vues

Sans titre, exprès Créé le: 15.09.2015, édité le: 15.09.2015

Une autre aube d’un autre matin. Sous la vie féconde de cet arbre, Isidora resta perplexe et pensive. L’espoir de vivre enfin était intarissable, malgré cette kyrielle infinie d’étapes et de méandres démultipliées par le joug de l’existence. Sa vie était comparable à une route en lacets dont les obstacles étaient à braver à chaque moment. Elle attendait l’instant t de la délivrance de ce fardeau. La vie lui avait fait comprendre que le monde extérieur ne la traiterait pas à sa juste valeur :
« Mon Dieu, merci chaque jour malgré la pesanteur de certains humains aliénés par leur servitude, s’exprima-t-elle, en admirant la découpe ciselée de l’orée du matin. »
Se donnant du courage, elle allait dans cette communauté qui cristallisait l’antagonisme par excellence de son éthique de vie. Son chemin de vie avait été tracé de la sorte, la patience et le sourire étaient ses plus fidèles alliées. Elle s’en accommodait par dépit, tant qu’elle pouvait.

Elle arriva en chemin, comme à son habitude. Il fallait veiller au grain du poulailler, le moudre avec précaution afin d’entretenir les poules. Elle se disait souvent que ce groupe irascible de femmes s’apparentait à ces mêmes animaux, et que cela serait même une insulte pour eux que de les comparer à elles. Ce n’est pas pour autant qu’ Isidora se laissait désarçonnée à la moindre occasion, elle parvenait même à créer des éléments éclatants et positifs émanant de chaque tâche à réaliser. Son équilibre était bien enraciné dans le sol. Elle le savait. Sa maturité état extrême. De ce fait, elles se plaisaient à la considérer comme une jeune enfant écervelée, à l’opposé de sa personnalité. Contrer leur perfidie tout en composant avec l’avarice de leur âme.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r