Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 André Birse webwriter premium2710 vues

Le tilleul Créé le: 13.09.2014, édité le: 10.11.2014

J’apprends au hasard d’une discussion de famille qu’un arrière-grand-oncle instituteur avait perdu la vue sur la fin de sa vie. Je ne connaissais pas son existence. Il a dû naître dans le dernier quart du dix-neuvième siècle et mourir avant la moitié du vingtième. Je connais son lieu de vie, dans une
vallée jurassienne, entre deux montagnes bleues, dans un hameau, aux premiers contreforts vers le nord avec une école et quelques fermes entourées de pâturages. Il appréciait regarder la montagne imposante quand on vit à son pied. Les blancheurs récurrentes et crissantes de l’hiver le contraignaient aussi. La chaleur des braises dans la grande cuisine donnait de la force et du réconfort. Il lisait seul et s’était constitué un refuge à cet effet, dans une chambre à côté. Le bois, la pierre, les noirs corridors, les cris des bêtes et des hommes constituaient son univers, avec les livres, les visages en devenir et le vent qui, en été, animait les lisières des forêts . C’est ainsi probablement qu’il a aimé vivre avec d’autres rigueurs et d’autres richesses que je ne sais deviner.

En ressentant le désarroi qui a dû être le sien quand ses yeux se sont assombris, je reviens aux jours sans atteinte physique tels qu’il les a vécus, tels qu’il a pu les vivre. Qu’est-ce qui était essentiel et concret avant la nuit? L’on peut certes s’interroger sur ce qui est essentiel et concret dans la nuit lorsque celle-ci survient plus tôt dans la vie. Mais cette force n’est pas la mienne, c’est le rideau tombé, le noir inattendu qui me fait penser à lui , à ses jours à sa nuit. Qu’a-t-on fait avant le soir tombé?
Page 1 sur 7 1 commentaire 1 2 3 ... 5 6 7
r