Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Schmolitz3866 vues

Manège à trois Créé le: 29.09.2013, édité le: 29.09.2013

J’aurais dû faire marche arrière. Putain ! C’est chaque fois la même chose, je suis comme cela, un indécis : un déci avec les copains, un indécis avec les femmes. J’aurais dû planter les freins, stopper illico et peut-être que maintenant je saurais. Savoir ? Pas sûr que je sache le mot de la fin, j’aurais au moins un indice. Est-ce que je doute de mes capacités reproductives ? Basta ! Monsieur n’a même pas ralenti. Et là, je continue de rouler et de dérouler ce que j’aurais dû faire et que je n’ai pas fait. Si je rembobine tout, je me dis que c’était ma chance, après ce qui s’était passé, cette galère avec Hélène, la psychiatrie et tout. C’était une sacrée chance de la croiser, Solange, après ces années de questions sans réponses. Surtout celle de savoir si “il” existait vraiment. Une chance sur un million et Monsieur poursuit sa course vers l’abime de la culpabilité, avec à peine un regard dans le rétroviseur. Solange a eu l’air surprise, les bras ballants, comme tétanisée. Elle a même largué ses deux sacs à commissions et m’a regardé disparaître dans le trafic, petite silhouette en robe d’été, figée dans le rétroviseur, se rétrécissant sur le bitume. Freiner ? Reculer ? Revenir à son niveau, juste pour voir ses yeux. Ses yeux verts disaient tout, ses yeux parlaient, ses yeux ne mentaient jamais, quoique. Freiner, reculer, c’est pas un truc de mec. Moi, je fonce, je presse sur le champignon, j’avance. Je bondis, je suis un jaguar, un jaguar dans une Opel pourrie.
Page 1 sur 10 1 commentaire 1 2 3 ... 8 9 10
r