Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 IGNACIO BOLTON2447 vues

Derrière la porte Créé le: 13.09.2013, édité le: 13.09.2013

« J’aurais du faire marche arrière » Charles César marque une hésitation alors qu’une bouffée de sentiments refoulés refait surface dans sa vielle tête. Quand on atteint l’âge respectable qui est le sien aujourd’hui il faut s’attendre à ce que ce genre d’évènements se produise. Peut être même qu’il ne s’agit là que du premier délire d’une longue série à mettre sur le compte de la sénilité qui le guette lui aussi. Il pense à son père qui en fin de parcours s’était inventé une vie imaginaire. Le vieux Jean-Baptiste César avait perdu la mémoire un beau jour et malgré ses tentatives de recoller les morceaux, il voyait avec consternation, la montagne de ses souvenirs, les bons comme les mauvais, s’écrouler dans sa tête comme un vieux château de cartes. Pour faire face à cette décrépitude le père s’inventa des souvenirs imaginaires. Il combla le vide laissé par sa perte de mémoire par des évènements sorti d’on ne sait où, dont lui seul avait le secret. D’abord surpris, puis résigné, Charles César faisait mine de croire ces aventures abracadabrantes. Il lui tenait sa vieille main fripée, doucement et se laissait bercer par ses exploits inventés de toutes pièces. Le côté angoissant de voir son père se liquéfier intellectuellement laissait place au plaisir qu’il avait de partager ces derniers instants en sa compagnie. Il rattrapait ainsi des années d’éloignement et retrouvait son père dans un monde où le temps s’arrêtait où leur relation prenait une nouvelle dimension. Charles César savait les jours du vieux comptés. Petit il n’avait jamais eu d’histoire pour s’endormir, alors il écoutait.
Page 1 sur 11 0 commentaire 1 2 3 ... 9 10 11
r