Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2020 André Birse webwriter premium312 vues

Journal - 29 décembre 2019 Créé le: 04.01.2020, édité le: 04.01.2020

Intimité du deuil.

Lu avec plaisir un autre article sur Picasso dans «Le Monde» Son amitié avec Paul Eluard. J’achète moins ce journal. Fatigue de la politique (français ou autre) ou je ne sais quoi. Mais aujourd’hui, les traits du dessin de Picasso, la Provence des années quarante et cinquante, l’histoire de cet artiste monumental, si présent dans le réel et l’imaginaire de notre temps, une proximité physique et temporelle avec les lieux de sa vie, ont rendu cette lecture agréable. Une sorte de saisissement. Puis on termine son café ne sachant que faire du journal. Gardé la page.

Vu «J’accuse», cinéma des Eaux-Vives. La rencontre entre Polanski et Zola pour se remémoriser l’affaire. La scène de la dégradation est superbe, marquante mais supportable (j’ai hésité à voir le film pour ne pas «revoir ça»). Ces noms de militaires, les uns avec les autres, la classe et la persistance de Picquart, la suite des procès, Dreyfus et Zola, cette scène clin d’œil d’un salon proustien (avec Polanski en invité figurant), le tout filmé avec une sorte de sérénité étonnante, m’ont fait passer un bon moment d’histoire, d’art (les scènes typiques inclues dans le film, tableau de Manet – ah ! eh bien non, c’était Monet - Sonate de Vinteuil, french-cancan) et de culture dans une froide soirée d’entre les fêtes.
Page 1 sur 7 0 commentaire 1 2 3 ... 5 6 7
r