Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2020 Allyce Solier webwriter premium107 vues

A MJ Créé le: 16.12.2019, édité le: 18.12.2019

Je m’étale. Je m’étends. Je me promène le long de l’étang. Je m’exprime. Je m’opprime. Je m’installe dans une vitrine. Je suis là, le fou du roi, la marionnette, le bouffon. Je fais pique. Je fais nique je ne m’interdis le ik. Qui a vu? qui a su? me prendre au sérieux. Tous ces hommes qui m’abandonnent? Toutes ces femmes qui me frissonnent? Toute cette société?…. 
Pourtant je suis là. Pourtant je vois. La divine Comedia. 
Mais quant à moi: je reste brouhaha, je ne me donne, je ne me vends 
je reste en surface et ne descends pas au plus profond de mes didascalies… Je ne veux pas que l’on me juge, que l’on me couche et à la fin que l’on me mouche avec tous les autres: «je n’en veux pas».
Je veux être là comme la princesse Fabiola qui a épousé le roi. Faute de quoi je reste dans la cour à marcher la tête à l’envers… Je pourrais monter l’echelle mais je n’ose pas… m’ouvrir. Je n’ose pas m’approfondir car à chaque fois je me noie dans la tristesse, dans la misère du monde… Il me faudrait nager dans le lac en hiver. Il me faudrait grimper le Mont Everest. Il me faudrait affronter l’impossible… Moi. C’est donc pour cela, que je préfère rester le fou du roi à m’amuser, à sautiller et à faire des salto mortale…et plus personne ne me sauvera.
Page 1 sur 2 0 commentaire 1 2
r