Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2020 C. H. Roserens webwriter premium114 vues

Budapest (automne 2019) Créé le: 14.12.2019, édité le: 14.12.2019

Il y a à Buda et à Pest ce quelque chose en plus d’intangible, d’inexplicable, comme à Vienne, comme à Venise, qui explique peut-être pourquoi après avoir visité la ville cinq fois comme touriste, je suis venu y passer l’automne en tant que nomade digital. Que retenir de cet automne hongrois, à part la chute vertigineuse des températures de 25° à la mi-octobre à -5° aux petits matins de début décembre? Que Budapest rivalise avec Vienne en matière d’offre culturelle pour amateurs de musique classique. Qu’il est difficile de se lasser du photogénique trajet en tram numéro 2 allant du Parlement au Müpa (Művészetek Palotája, Palais des Arts) et vice-versa. Qu’il est exclu de cesser de céder à la douce odeur d’un kürtőskalács* qui dore au feu de bois. Que la liqueur aux herbes locale, l’Unicum, se laisse mieux boire en version szilva (avec prunes séchées). Que faire son jogging sur le Pont de la Liberté (Szabadság híd), c’est le pied. Que la situation centrale de la ville est idéale pour explorer la région (Eger et ses vins rouges à l’est, Esztergom et sa basilique photogénique au nord, Szeged et son szalámi au sud, et l’immense lac Balaton à l’ouest). Qu’il est possible de visiter Budapest depuis la Suisse sans faire crisser les dents de Greta en prenant un train de nuit confortable et bon marché de Zürich Hauptbahnhof à Budapest Keleti pályaudvar via Vienne. Et que les classiques littéraires s’y achètent à 1000 forints** dans des distributeurs automatiques. Allez, Egészségedre*** et Bonne Année 2020!

*: gâteau en forme de cylindre évidé, originaire de la communauté hongroise de Roumanie, garni au choix, après cuisson, de vanille, de noix, d’amandes effilées, de cannelle, etc.
**: 3 francs et 35 centimes au cours du jour.
***: santé!
Page 1 sur 1 0 commentaire 1
r