Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Willy Boder webwriter premium100 vues

Comme dans un fauteuil (6) Créé le: 22.11.2019, édité le: 22.11.2019

Aller au restaurant : quoi de plus banal pour un bipède gastronome ? En fauteuil roulant, par contre, le plaisir de bien manger se mérite. Il doit être précédé d’un important travail préparatoire. Ce ne fut pas mon cas, mais certains handicapés ne se rendent pas dans un restaurant avant d’avoir fait faire, au préalable, des repérages complets par une autre personne.
Il ne s’agit pas, dans ce cas, de savoir si la décoration est plaisante, s’il y a des fleurs sur les tables, des nappes blanches, des sièges confortables, une carte des vins étoffée ou des menus variés d’excellent rapport qualité-prix. Ces critères sont ceux d’un bipède.

Le conducteur d’un fauteuil roulant doit pouvoir répondre à des questions essentielles beaucoup plus terre à terre.
Du genre : l’établissement possède-t-il ?
1) Une place de parc handicapé.
2) Des toilettes assez grandes pour permettre de franchir la porte et d’effectuer un tourner sur roues entre le lavabo et la cuvette.
3) Une entrée d’au moins 80 centimètres de large au rez-de-chaussée, sans seuil de plus de 8 centimètres.
4) Aucune marche ou obstacle pour accéder au bâtiment et à la salle à manger.
5) Des chaises indépendantes déplaçables.
6) Un espace suffisant entre les tables, car une personne en fauteuil occupe une fois et demi l’espace d’un client « ordinaire ».
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r