Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Allyce Solier webwriter premium63 vues

Créé le: 16.11.2019, édité le: 16.11.2019

A ce moment là je vus l’amour devant moi : parler s’assoir se déplacer j’observai quelque chose de beau de nouveau quels mots? je ne m’en souviens pas mais il me toucha (tellement) avec sa voix qui résonna jusqu’aux enfers et réveilla l’austère idée de croître de dire non à la marâtre de s’émanciper…(et d’aimer…dont j’oubliai le langage) alors ce fut le naufrage de Titanic et pour une unique foi je perdis ma voie je devins mouette sœur aînée que la chouette renia dans son test-amant capable uniquement de crier de vociférer d’alterner les haut et les bas noir épaisse alors ce fut la descente sur la pente étroite sans compter les barrages que les sphincters de tous les mammifères maîtrisent de la même façon par lâcher prise
Dernièrement je me promenais alignée avec des immeubles à faible dose de colorants que du blanc mais une fois remarquant un pont je descendis en montant l’escalier et vis l’hématome couché par terre oublié par ses paires en voulant en prendre soin je dirigeais vers ma main et alors il se produit une choses abasourdie il y avait une sorte de bigoudi sous la peau enfouit bleuâtre écarlate en forme d’ancienne maison de pape étalée telle une plaie sur la tête épanchée la froideur s’immisçait par les pieds et stagnait sans cligner d’un œil la maîtrise fut comprise comme une sorte de vantardise comme une sotte ni loup ni phoque ni même pas loufoque une éponge qui songe chaque bruit de ce qui luit la nuit 
tu parlais de tatouages en gages de gentillesse de douceur de candeur mais il s’appelle: menteur celui qui enjolive les laideurs une fois les fils barbelés retirés le bleu apparaît oui je suis née indigo
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r