Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Hervé Mosquit webwriter premium53 vues

Au coin de l’ordinaire chapitre 25: la fin Créé le: 07.11.2019, édité le: 07.11.2019

Ce vendredi, juste après la fin des cours, il devait être onze heures quarante-cinq quand Jean-Luc, le fils de Bernadette Souby-Roux, sortit du lycée le nez planté dans son Smartphone. Il y pianotait une recherche sur les vols transatlantiques à prix bradés, histoire de s’éloigner, l’été prochain et le temps d’un stage de 6 mois, d’une mère qu’il trouvait de plus en plus rigide, irritable, en un mot impossible à vivre.

A dix-neuf ans, le bac bientôt en poche, il avait envie de souffler un peu avant de reprendre des études. Restait à convaincre maman de délier les cordons de sa bourse, qu’il elle avait, par ailleurs, bien garnie.

Il s’engagea sur la route, en dehors du passage piétons évidemment, sans voir le bus de ville qui arrivait. J’attendais le feu rouge à cinq mètres de là quand je pris consciences de la situation. Je me précipitai, empoignai le jeune par les bras, et le tirai en arrière, in extremis, juste avant que le bus ne le renverse, Nous chutâmes lourdement sur le trottoir et ma cheville se tordit sur le côté avec un petit bruit bizarre, un peu comme quand on casse un élastique. Je voulus dire quelque chose mais ressentis une douleur aigue et fulgurante. Puis ce fut un peu comme si un avion me traversait la tête en tirant derrière lui un gros rideau noir. En résumé et très prosaïquement, je tombai dans les pommes et, en plus scientifique, je perdis connaissance pour ne pas affronter la douleur de mes ligaments déchirés.
Page 1 sur 20 0 commentaire 1 2 3 ... 18 19 20
r