Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 AlexMZ176 vues

L’appel Créé le: 21.09.2019, édité le: 24.09.2019

« La forêt de la colline » comme l’appelaient les habitants du quartier était un immense bois qui s’étendait sur soixante kilomètres. Très dense, elle avait été aménagée pour les promeneurs. Des sentiers la parcouraient dans plusieurs sens pour permettre aux coureurs et aux promeneurs de s’en donner à cœur joie. C’était un lieu de paix dans lequel les gens se sentaient bien.
Une rivière la traversait et on disait à l’époque que son eau était potable. Des pins, des chênes, des ormes, des hêtres, quelques noisetiers et noyer peuplaient cet endroit dans lequel la vie dans sa forme la plus resplendissante avait repris le dessus sur les visions des hommes.
À la fin des années cinquante, alors que l’on déboisait pour construire routes et autoroutes, un puissant notable nommé Jean Walmann avait mis tous les moyens à sa disposition pour acheter et faire classer les parcelles de forêt qui entouraient son propre terrain.
Pots-de-vin, discussion et tergiversations. Cet homme peu fréquentable, d’une richesse infinie, que tous soupçonnaient de vouloir construire des complexes immobiliers, golfs, et autres attractions pour millionnaire était en fait sincère dans sa démarche.
Il avait réussi l’exploit de faire classer sa forêt tout entière par souci écologique et pour le bien-être de la population.
Il s’était ensuite retiré des affaires et avait vécu en ermite.
Un matin, un homme qui promenait son chien avait signalé une forte odeur aux alentours de la propriété. La police avait retrouvé Jean Walmann dans son salon, mort depuis plusieurs jours. Les enquêteurs n’avaient trouvé aucun indice qui corroborait autre chose qu’une mort naturelle. Il n’avait pas de famille, pas d’amis. La ville avait hérité des millions du monsieur.
Page 1 sur 14 0 commentaire 1 2 3 ... 12 13 14
r